Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 15:59

 

Quand à ceux qui ne viennent plus en bibliothèque ce n’est pas en raison des horaires, mais plutôt de « contraintes de temps » dans leur vie personnelle

 

Les bibliothèques ont surgi tout à coup dans la dernière campagne électorale, devenant, un peu à leur corps défendant, l’objet d’une attention soudaine. Qui s’attendait à ce que des candidats pris sous le feu des médias évoquent ce lieu un peu à l’écart de la cohue et des projecteurs ?  À vrai dire, cet intérêt s’est essentiellement focalisé sur un point, celui des horaires d’ouverture. Et cette question n’est pas si nouvelle puisque, dès la fin des années soixante-dix, elle suscite à intervalles réguliers questionnements, rapports, débats et analyses...

 

La France a développé son réseau de bibliothèques publiques très tardivement. Le retard sur les pays anglo-saxons et ceux du nord de l’Europe était criant jusque dans les années quatre-vingt. Mais le rattrapage a été rapide et aujourd’hui notre pays dispose d’un équipement parmi les plus développés d’Europe. On aurait pu s’attendre à une augmentation concomitante du public. Certes, celui-ci s’est accru, mais dans une proportion bien moindre. Surtout, on constate depuis quelques années la stagnation du nombre de lecteurs inscrits. Les causes en sont nombreuses et cette situation ne signifie nullement que le nombre d’usagers est en baisse puisqu’on mesure a contrario une augmentation forte de lecteurs non inscrits (les « séjourneurs »). C’est néanmoins dans ce contexte que la question de la faiblesse des horaires d’ouverture est apparue centrale.

 

La Métropole européenne de Lille a engagé sur ce sujet un travail d’enquête. Le rapport final particulièrement instructif a été rendu en mars 2017. Un échantillon de six bibliothèques ou collectivités a été constitué, représentant un quart de la population métropolitaine. Les enquêtes quantitatives et qualitatives ont été conduites en identifiant trois groupes : les usagers, les non-usagers et les agents. Plus de trois mille usagers au total ont pu donner leur avis sur les horaires et les services. Et c’est majoritairement le créneau 18 h-19 h00, voire 20 h qui apparaît le plus prisé, en particulier le mercredi et le vendredi. « Les usagers jugent que les heures de fermeture du soir sont le plus souvent trop tôt compte tenu de leurs propres emplois du temps (sortie de bureau, après d’autres activités ou la sortie de l’école de leurs enfants...) », note le rapport. « Le mercredi est un jour d’activité pour les enfants, dont certains passent à la bibliothèque ensuite, avec ou sans leurs parents, avant de rentrer à la maison. Le vendredi soir, veille de week-end, est un jour où une grande partie des usagers est moins pressée et peut s’offrir plus facilement du temps pour flâner à la bibliothèque et choisir des documents qu’elle consultera le samedi et le dimanche. »

 

La pause méridienne (12h-14h00) fait aussi l’objet d’une attente notable. Le samedi, l’attente est à peu près égale, quel que soit le créneau horaire, de 9h à 19h. En revanche, la demande d’ouverture le dimanche est de moindre intensité. Qu’en est-il des non-usagers ? Ils sont plus de mille cinq cent à avoir été interrogés et le premier constat, c’est que près de trois sur quatre sont eux-mêmes d’anciens usagers ! Ce n’est pas en raison des horaires, mais plutôt de contraintes de temps qu’ils se sont détournés de la bibliothèque... Parmi leurs souhaits, c’est la proximité physique du lieu qui arrive en tête ainsi que le fait de pouvoir accéder à des services en dehors des heures d’ouverture. Ils espèrent aussi une meilleure communication sur les activités et les ressources des bibliothèques.

 

Enfin l’enquête s’est intéressée aux agents des bibliothèques concernés. Le taux de réponse est de 99% ! On a mesuré à la fois leur perception de l’attente du public et la leur. S’ils perçoivent bien les attentes  des usagers (horaires identiques tous les jours d’ouverture, vacances scolaires ou pas, horaires exceptionnels pendant les périodes d’examen, ouverture lors de la pause déjeuner, etc.), Mais quelle est l’attente des agents eux-mêmes ? On peut penser qu’une bonne partie d’entre eux estime que le statu quo est souhaitable ; c’est en tout cas l’opinion majoritaire en ce qui concerne l’ouverture les jours fériés et le dimanche. Les agents pensent en outre qu’il est possible d’améliorer les horaires sans les augmenter, mais en les réaménageant. L’ouverture les jours fériés ou le dimanche n’est pas considérée comme une bonne solution. Il en est de même, pour une éventuelle augmentation des horaires pendant les grandes et petites vacances scolaires (qui est pourtant une demande très forte des usagers).

 

En cas d’extension des horaires d’ouverture hors dimanche et jours fériés, les agents interrogés souhaitent une augmentation du personnel et bénéficier de récupérations ou d’heures supplémentaires. Toutes les autres propositions suscitent des réactions majoritairement négatives (recrutement de bénévoles, ouverture limitée à certains espaces de la bibliothèque, modification des jours de repos sur plusieurs semaines, mobilité au sein du réseau, alternance semaine courte et semaine longue).

 

Publié à l'origine sur le site  ActuaLitté

 

 

 

          Bibliothèques : une enquête repousse les idées reçues sur les horaires d'ouverture

Bibliothèques : l'ouverture du dimanche n'est pas une priorité selon une enquête faire auprès des usagers
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 18:41

 

Avec le concept de « troisième lieu », il s’agirait de rendre les bibliothèques plus accueillantes. Pour les auteurs de cette tribune c'est au contraire « une arnaque inspirée du marketing » et où « moins de livres » c'est surtout « plus de vide »

 

De quoi la « bibliothèque troisième lieu » est-elle le nom ? En fait, personne ne le sait vraiment... Ainsi les bibliothécaires de Grenoble se souviennent d’une réunion de « concertation » houleuse à la bibliothèque Alliance, où un bureaucrate de la mairie avait sorti le concept d’un chapeau, sans le maîtriser ni être capable de l’expliquer. Ce n’est pas une exception : la « bibliothèque troisième lieu, c’est le truc à la mode chez les managers des biblis.

 

En fait, l’idée de « troisième lieu » ou « tiers lieu » vient d’un livre de Ray Oldenburg, un sociologue américain. Il a été popularisé en France par Mathilde Servet, une « catégorie A » de la fonction publique (une cheffe quoi), qui en a fait son mémoire de fin d’études à l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques).

 

Depuis, tout le monde emploie le concept comme formule magique pour dépoussiérer cette pauvre vieille institution des bibliothèques... Problème : le livre d’Oldenburg n’est même pas traduit en français et personne ne semble avoir lu le mémoire de Servet (et ce n’est pas son allocution de 10 minutes chrono à Minatec en 2016 sur le thème des « bibliothèques du futur » qui a pu éclairer qui que ce soit). Autrement dit : on parle - et on transforme les biblis - sur du vide. La bibliothèque troisième lieu c’est avant tout une mode.

 

C’est moins de livres, plus de... vide. Justement, un des points importants dans le concept de « bibliothèque troisième lieu », c’est qu’il faut faire de la place. Les livres, c’est trop encombrant, voire oppressant. Une bonne connexion internet serait tout de même beaucoup plus adéquate. Il faut virer toutes ces sales étagères remplies de papier pour finir de mettre tout le monde devant des écrans. Car la bibliothèque troisième lieu, c’est le tapis rouge pour assassiner le livre au profit des technologies numériques. Ainsi, on considère que des dictionnaires ou des abonnements à des journaux ne servent à rien et coûtent trop cher, mais on est prêt à mettre des milliers d’euros dans la construction de « fablabs » (des laboratoires de fabrication sous perfusion numérique) dans les bibliothèques.

 

De quoi la « bibliothèque troisième lieu » est-elle le nom ?

C’est une arnaque inspirée du marketing. « Rendre les espaces attractifs », « innover », « diversifier les usages »... on peut bien parler d’un hall de gare, d’un supermarché ou d’une bibliothèque, ce sont les mêmes concepts de vente qui sont à l’oeuvre. Tout doit glisser, être fluide et facile, ne pas demander trop de réflexion. L’inverse de la lecture ? Peu importe ! La disposition des étagères, le nombre de livres, les têtes de gondoles, la circulation dans l’espace... : les nouvelles bibliothèques se construisent en fonction de critères dictés par le marketing. On répète d’ailleurs dans les formations de bibliothécaires qu’il faut passer de « la logique de l’offre à la logique de la demande ». Les bibliothèques n’ont pourtant rien à vendre, pas même une « ambiance » comme l’affirment certain.e.s, et les usagers ne veulent probablement pas qu’on les considère comme des pigeons à plumer. La bibliothèque troisième lieu c’est prendre les usager-e-s pour des con-ne-s.

 

C’est une méthode de management. Ces logiques néolibérales à l’œuvre dans tous les services publics ont toutes en commun une autre idée force : il faut virer les fonctionnaires, et à défaut les pousser à bout avec des méthodes d’encadrement absurdes. La « bibliothèque troisième lieu », c’est par exemple une plus grande amplitude horaire... avec moins de personnel. Et puisque tous ces livres et leur classement sont devenus inutiles, la bibliothécaire devient « infothécaire » ou mieux, « médiatrice numérique » : elle passe sa journée devant un écran à se décérébrer sur internet pour réaliser des « expositions virtuelles » ou alimenter un compte Facebook. La bibliothèque troisième lieu c’est la destruction du métier de bibliothécaire.

 

C’est un service public... privé. Sortez les kleenex : si on démantèle des bibliothèques, c’est-à-cause-de-la-baisse-des-dotations-de-l’Etat, c’est à cause que y’a plus de sous dans les caisses (mais ça dépend lesquelles, on va le voir). On ne peut pas faire autrement. Par contre, ce que certain.e.s peuvent vous conseiller pour faire tourner votre bibliothèque troisième lieu avec moins de personnel, moins de livres et moins de thunes c’est de « créer des partenariats innovants » : mécénat, fonds privés, soyez créatifs que diable ! Un coin « Dassault News » pour les magazines, un « Salon Google » pour les mercredi après-midis de folie devant un écran... avec le risque que le service ferme le jour où un patron quelconque veut aller s’amuser ailleurs. Nous n’avons donc pas affaire à une idée sympathique, un peu farfelue, pour améliorer les bibliothèques. La bibliothèque troisième lieu, c’est la destruction de la lecture publique par les logiques marchandes.

 

Ce texte a été publié à l'origine sur le site Indymédia

 

Le troisième lieu ?

Le troisième lieu ?

Repost 0
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 11:50

 

Car niveau démagogie, il s'est fait tailler un costard par un autre candidat

 

« Quel est votre programme pour les bibliothèques ? ». C’est la question que le site Archimag a posé aux candidats à l’élection présidentielle. Preuve du désintérêt que représente la lecture publique dans notre pays, seulement cinq d’entre eux, sur les onze déclarés, ont envoyé une réponse truffée de banalités. Pour les autres, Archimag a été obligé d’aller consulter leur programme « pour en extraire les passages les plus significatifs ». Ce qui a permis de relever que certains disent vraiment n’importe quoi.

 

C’est le cas notamment d’Emmanuel Macron (En Marche) et François Fillon (Les Républicains) qui justement avaient refusé de répondre aux sollicitations d’Archimag. On comprend pourquoi. Commençons par Emmanuel comme un soleil, celui qui fait marcher à ses côtés Alain Madelin et Bertrand Delanöe. Il n’a qu’un credo en matière culturelle : « ouvrir les bibliothèques le soir et le dimanche » ! Évidemment, Macron balance ce truc (pas très nouveau d’ailleurs, car récurrent depuis vingt ans) visiblement pour flatter une population étudiante réduite uniquement à une cibles électorale.

 

Pour appuyer sa démonstration, le candidat d’En Marche est prêt à dire n’importe quoi puisqu’il affirme « qu’à Paris, sur 56 bibliothèques municipales, seulement trois sont ouvertes jusqu’à 22 heures ou le dimanche ». Bon, il faut juste savoir que dans la Capitale elles sont au moins six à ouvrir le dimanche et que les trois autres qui faisaient nocturne y ont depuis renoncé faute de fréquentation. Une erreur de chiffrage de un à trois pas très fluctuat pour un énarque. Et même carrément mergitur

 

Mais si l’ancien ministre de l’économie veut ouvrir à tout va, dans son esprit cela ne peut qu’être au rabais. Peut être même….en fermant des bibliothèques puisque le programme de l’ex banquier consistera à continuer de tailler dans les budgets de l’État (et des communes via les dotations) pour tenir la promesse faite à ses amis « de réduire le déficit public » avec l’objectif de soixante milliard d’euros d’économie sur le quinquennat (lire ici).

 

Il n’y aurait alors qu’une seule solution pour Macron pour arriver à satisfaire les tenants des dérégulations des rythmes de travail des bibliothécaires : piquer le programme …de François Fillon ! En effet, toujours dans Archimag, celui qu’on n’imaginait pas être mis en examen propose lui d’élargir les heures d’ouverture des bibliothèques « en développant le bénévolat et en mettant à contribution les jeunes ayant opté pour un service civique culturel ». Pas moins ! De quoi illustrer le mépris qu’ont les politiques à l’égard des professionnels de la lecture publique. En tout cas, question démagogie sur les extensions d’ouverture, Macron s’est fait tailler un costard. Par un spécialiste du genre il est vrai !

 

 

                       Macron se prend une veste sur les ouvertures des bibliothèques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Comme je l'ai dit un jour à un pauvre hère, la meilleur façon de se payer un costard c'est de travailler !

Repost 0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 11:08

 

Livres-Hebdo : le 17 mai 2016

 

Alors que plusieurs mouvements de grève traversent les bibliothèques françaises, la pétition #deboutlesbibs, adressée à la ministre de la Culture, appelle à la réflexion sur les horaires d'ouverture élargis

 

« Derrière les injonctions idéologiques d'ouverture maximale, aucune réflexion de fond n'est menée par nos tutelles politiques sur les enjeux de la lecture publique et le rôle de la bibliothèque dans la cité » : dans une pétition mise en ligne il y a une semaine sur le site Change.org sous le titre #deboutlesbibs, une centaine de bibliothécaires français appelle le gouvernement à « retrouver le sens du service public ». 

 

La pétition, qui sera remise à la ministre de la culture Audrey Azoulay, à l'adjoint à la culture de la maire de Paris Bruno Julliard, à Nicolas Georges et Hugues Ghenassia de Ferran, respectivement directeur et sous-directeur du service du livre et de la lecture du ministère, met en cause la situation des bibliothèques françaises : « Sous-effectif, désorganisation du travail, action culturelle réduite à de l'événementiel, politique documentaire qui tourne à vide, conditions matérielles en décrépitude... ».

 

Elle évoque ensuite les fermetures de petites bibliothèques et une « véritable fronde à l'œuvre dans tout le pays ». « C'est donc dans ce contexte de crise (existentielle ?) qu'intervient la nouvelle lubie des pouvoirs publics de vouloir 'ouvrir plus' le soir ou le dimanche 'sans moyens' », peut-on y lire. 

 

Cette nouvelle pétition intervient alors que plusieurs mouvements de grève ébranlent ces jours-ci les bibliothèques du territoire pour protester contre l'ouverture le dimanche, la précarité ou les coupes budgétaires.  Après la BNF, la médiathèque de Saint-Malo ou encore les bibliothèques municipales de Toulouse, c'est au tour de la médiathèque d'Aubagne (Bouches-du-Rhône) d'organiser une journée d'action ce mardi 17 mai.

 

Lire l'article de Livres-Hebdo

 

 

 

Une nouvelle pétition pour « faire entendre la voix des bibliothèques »
Repost 0
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 08:41

 

ActuaLitté : le 17 mai 2016

 

La situation des bibliothèques publiques et universitaires préoccupe les principaux intéressés : les personnels. Dans un contexte social plutôt tendu les bibliothécaires se sont mobilisés pour rappeler que l'ouverture du dimanche n'est pas une finalité au moment où les budgets et les effectifs restent insuffisants dans de nombreux établissements

 

À mi-chemin entre Nuit Debout et le collectif #OnVautMieuxQueCa, le groupe #DeboutLesBibs espère réunir les bibliothécaires de toute la France pour attirer l'attention des décideurs publics sur la situation délicate des bibliothèques. « Derrière les injonctions idéologiques d'ouverture maximale, aucune réflexion de fond n'est menée par nos tutelles politiques sur les enjeux de la lecture publique et le rôle de la bibliothèque dans la cité » attaque d'emblée une pétition déposée sur le site Change.org et adressée à Audrey Azoulay, Hugues Ghenassia De Ferran (directeur adjoint du livre et de la lecture au Ministère de la Culture et de la Communication), Nicolas Georges (directeur du service du livre et de la lecture) et Bruno Julliard (Premier Adjoint à la Maire de Paris chargé de la culture).

 

Effectuons un petit retour en arrière : ouvrir plus les bibliothèques est un objectif affiché assez tenace, qui était revenu sur le devant de la scène au cours du mandat d'Aurélie Filippetti. Une pétition de l'ONG Bibliothèques sans Frontières avait reçu un fort plébiscite du public et la mesure s'était donc retrouvée dans les programmes du ministère de la Culture. Le problème, rapidement rappelé par les organisations syndicales, c'est que l'argent allait forcément manquer pour ce genre de réforme. Plutôt qu'ouvrir plus, elles incitaient alors à ouvrir mieux

 

Le premier élément que dénoncent la pétition #DeboutLesBibs et les représentants des personnels, c'est la mise en avant de l'ouverture le dimanche au sein de l'élargissement des horaires : fin 2015, le gouvernement annonçait des aides supplémentaires attribuées aux collectivités qui ouvriraient leurs établissements de prêt le dimanche. Évidemment, la perspective d'un peu d'air, dans un contexte de budgets réduits, réjouissait les professionnels, mais l'Association des Bibliothécaires de France avait néanmoins regretté « que le dimanche soit la seule journée concernée par ce futur dispositif, quand les besoins se font sentir sur l’ensemble de la semaine dans bien des cas ».

 

 

« Aucune réflexion n'est menée par nos tutelles politiques sur les enjeux de la lecture publique » déclarent les bibliothécaires de #deboutlesbibs

.

 

À Paris, où les personnels des bibliothécaires ont manifesté leur opposition à l'ouverture le dimanche de sept bibliothèques supplémentaires d'ici 2019 dans les conditions proposées par la mairie, on rappelle par ailleurs que le dimanche reste une journée spécifique, et que l'ouverture ce jour-là changera totalement le rythme du service public.

 

« L’administration semble oublier toute l’organisation nécessaire avec un jour supplémentaire d’ouverture : les bureaux et les espaces de travail seraient insuffisants avec du personnel supplémentaire, la cuisine ne suffirait plus, ce qui nécessiterait des tickets restaurant, sans oublier un budget d’acquisition qu'il faudrait plus conséquent, si les prêts augmentent. Et ce budget, ça fait 5 ans que je le vois baisser », soulignait ainsi le personnel. Les problématiques, des transports, moindres ce jour-là, aux effectifs, avec la présence nécessaire d'agents de sécurité ou d'informaticien, sont nombreuses.

 

Ce jeudi 12 mai 2016, au cours du rassemblement dans la cour de l'hôtel d'Albret, siège de la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris, les personnels n'hésitaient pas à qualifier cette ouverture du dimanche de vitrine politique pour la mairie, dans la lignée des propositions du Parti socialiste vis-à-vis du Code du Travail.

 

« Aucune réflexion n'est menée par nos tutelles politiques sur les enjeux de la lecture publique » déclarent les bibliothécaires de #deboutlesbibs

En raison de la baisse des dotations de l'État, de nombreuses collectivités se retrouvent à jongler avec les postes de dépense pour boucler leurs budgets. Et les bibliothèques semblent être devenues des variables d'ajustement, rappelle la pétition : « On ne compte plus les fermetures de petites bibliothèques ou celles contraintes de réduire leurs horaires d’ouverture faute de moyens. Une véritable fronde est à l’œuvre dans tout le pays depuis plusieurs années dans de nombreuses communes ou communautés d'agglomération que ce soit à Angers, Auch, Bordeaux, Brest, Caen, Clermont, Chelles, Le Havre, Levallois, Lyon, Marseille, Metz, Montigny-les-Bretonneux, Nantes, Rennes, Rouen, Saint-Herblain ou encore Saint Quentin-en-Yvelines sans même parler de l’état du réseau parisien.

 

Outre les fermetures et réductions d'horaires qui touchent certains établissements, les représentants du personnel dénoncent régulièrement le recours aux vacataires et autres statuts précaires pour faire tourner les bibliothèques publiques. Alors ministre, Fleur Pellerin n'avait d'ailleurs pas caché sa solution pour assurer des bras avec l'élargissement des horaires : « Les bibliothèques sont le terrain idéal pour le déploiement du service civique dans le domaine culturel », expliquait-elle au moment de la remise du rapport de la sénatrice Sylvie Robert sur la question...

 

La Bibliothèque nationale de France elle-même fait état de nombreuses suppressions de postes, dont 17 l'année dernière et 18 prévues cette année. « Il y a une incohérence entre les politiques du ministère et celles des établissements publics » remarquaient les représentants du personnel, secondés par la direction de l'établissement, en « manque de moyens financiers et humains ».

 

Signe des temps, la situation des bibliothèques françaises se rapproche de celle de leurs homologues britanniques dans l'actualité : la poète Chrissie Gittins annonce ainsi qu'elle sollicitera bientôt le maire fraîchement élu de Londres, Sadiq Khan, pour lui rappeler toute l'importance des bibliothèques. Ces dernières font l'objet d'une « crise sans précédent » au Royaume-Uni, entre budgets resserrés et personnels remplacés par des volontaires.

 

Lire l'article de ActuaLitté

 

 

« Aucune réflexion n'est menée par nos tutelles politiques sur les enjeux de la lecture publique » déclarent les bibliothécaires de #deboutlesbibs
Repost 0
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 09:42

 

Derrière les injonctions idéologiques d'ouverture maximale, aucune réflexion de fond n'est menée par nos tutelles politiques sur les enjeux de la lecture publique et le rôle de la bibliothèque dans la cité. 

 

 

Les bibliothèques municipales de France et de Navarre ne sont pas au mieux : sous-effectif, désorganisation du travail, action culturelle réduite à de l'événementiel, politique documentaire qui tourne à vide, conditions matérielles en décrépitude… c’est par ces maux que les bibliothécaires décrivent leur quotidien sans être entendus par les élus et leur administration. Une crise existentielle partagée visiblement par toute la profession, quelque soit la taille ou la couleur politique de leur commune d'exercice.

 

On ne compte plus les fermetures de petites bibliothèques ou celles contraintes de réduire leurs horaires d’ouverture faute de moyens. Une véritable fronde est à l’œuvre dans tout le pays depuis plusieurs années dans de nombreuses communes ou communautés d'agglomération que ce soit à Angers, Auch, Bordeaux, Brest, Caen, Clermont, Chelles, Le Havre, Levallois, Lyon, Marseille, Metz, Montigny-les-Bretonneux, Nantes, Rennes, Rouen, Saint Herblain, Saint-Malo ou encore Saint Quentin-en-Yvelines sans même parler du réseau parisien (lire ici). 

 

Les Bibliothèques Universitaires (BU) gérées par l’État ne se portent guère mieux elles non plus. Tout comme la BnF (Bibliothèque Nationale de France) laquelle, en plus des suppressions de postes, est victime depuis plusieurs années d’une marchandisation qui se fait au détriment des collections et des services.

 

C'est donc dans ce contexte de crise (existentielle ?) qu'intervient la nouvelle lubie des pouvoirs publics de vouloir « ouvrir plus » le soir ou le dimanche « sans moyens ». Il faut dire que les élites politiques, toujours plus démagogiques dans ce cas, n’ont plus qu’un crédo : ouvrir davantage les bibliothèques ! Et peu importe les objectifs et les conditions de ces extensions d’horaire. Car ouvrir plus, toujours plus, place désormais les bibliothécaires sous le coup d'injonctions multiples et contradictoires surtout dans un contexte où les dotations financières (de l’État, des départements ou des communes) sont en baisse constante et certaine. D'ailleurs, les professionnels concernés le répètent à l'envi...

 

« Ouvrir davantage les bibliothèques avec des moyens, des professionnels et de réelles compensations pour les personnels : pourquoi pas ? Mais avec des personnels non qualifiés, des services dégradés et des espaces restreints, c’est NON ! » déclarent les personnels de toutes les bibliothèques universitaires à leur ministre de tutelle, Najat Vallaut-Belkacem. « il n'est pas envisageable que les ouvertures du dimanche s'effectuent au détriment de la qualité du service public rendu aux Parisiens, ni dans les bibliothèques concernées, ni dans les autres bibliothèques du réseau » affirment de leur côté les bibliothécaires de la Ville de Paris à Bruno Julliard, l'adjoint en charge de la culture (lire ici).

 

Face à cette volonté des politiques de les précariser davantage, les bibliothèques doivent désormais se mettre debout car plus que les extensions d'horaires, les véritables enjeux sont ailleurs... S'ouvrir largement au numérique est un enjeu de taille. Mais comment faire dans un contexte de rigidité budgétaire où les investissements se réduisent comme peau de chagrin ? Comment faire des bibliothèques des lieux de vie, là où l'automatisation prend le pas sur les contacts humains ?

 

#deboutlesbibs : face à des politiques qui les précarisent davantage les bibliothèques doivent désormais se mettre debout

Et comment accueillir plus largement les publics alors que les politiques budgétaires actuelles conduisent toujours à supprimer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, et qui plus est, de plus en plus vieux et en mauvaise santé ?

Ou encore comment préparer et accueillir des animations, des partenaires, des associations, accueillir les enfants en périscolaire… si les moyens diminuent ?

 

Les besoins et les enjeux sont là. Les bibliothécaires n'en peuvent plus car la précarisation des agents de la Fonction Publique est une réalité qui s'est affirmée durant ces dernières années :

  • Recours massif aux contrats à durée déterminée (mais qui sont renouvelés tous les ans),

  • « Embauche » de contrats aidés,

  • Recours au service civique,

  • Accueil des travaux d'intérêt généraux (TIG)

  • Multiplication des stages de réinsertion à l'emploi (sans aucune perspective d'embauche)

Mais les conséquences de la crise de 2008 se sont réellement fait sentir depuis deux ou trois ans dans les bibliothèques où quasiment l'ensemble des recrutements a été gelé. Pourtant, de plus en plus de jeunes étudiants en métiers du livre sortent diplômés, solidement qui plus est, de DUT, de MASTER... Des compétences rendues inutiles faute de trouver un emploi dans les bibliothèques. A tel point d'ailleurs que dans beaucoup de petites médiathèques (point lecture) on trouve désormais énormement de bénévoles, qui même s'ils sont de bonne volonté, ne sont pas des professionnels. N'est ce pas là le signe d'une véritable déconsidération du métier de bibliothécaires de la part de nombreux élus ?

 

Retrouver le sens… du service public ! Car c'est bien de cela qu'il s'agit : les bibliothèques, comme l'ensemble de l'administration publique et des grandes entreprises, ont subi le tournant du big data et de la statistique de plein fouet : des cadres passent leur temps les yeux rivés sur d'immenses et pléthoriques tableurs, à la recherche d'une vérité qu'un passage en salle leur permettrait de mieux appréhender. Cette confiance aveugle dans le pouvoir du chiffre, loin de conforter le rôle et les missions de la bibliothèque, produit dans la profession et dans le public l'effet inverse : une froideur mathématique, un appauvrissement culturel et une rigidité gestionnaire très éloignés du troisième lieu.

 

Le mouvement contre la loi travail, auquel les bibliothécaires participent massivement depuis le début, l'espace de réflexion créé par la #nuitdebout et la #bibliodebout, la préparation du congrès de l'ABF en juin 2016, sont des opportunités pour la profession de rappeler son rôle et sa force dans le contexte actuel. #deboutlesbibs.

 

Ce texte est disponible sur change.org. Pour le signer cliquez là

 

Premier signataires : Nicolas Sautel-Caillé (BM-Colomiers, Haute-Garonne), Hélène Gonzalez (BM-Paris), Sylvie Mascaro (BM-Aigueperse, Puy-de-Dôme), Antoine Meylan (BU-Pau, Pyrénées Atlantiques) Gilles Meyer (BnF), Stéphane Thuault (BU-Paris3), Bertrand Pieri (BM-Paris), Marianne Prevost (BU-Grenoble, Isère), Juliette Robain (Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris), Dominique Susini (BM-Marseille, Bouche-du-Rhône), Gildo Vieira (BM-Plaine-Commune, Seine-Saint-Denis), Patrick Simonetti (BU-Pau, Pyrénées Atlantiques), Solveig Langen (BU-Paris-Sorbonne), Serge Huteau (BU-Limousin), Marc Morvan (Bibliothèque Museum, Paris), SUD Culture Solidaires (Section de la Bibliothèque Nationale de France), Ferc-Sup CGT (Coordination des syndicats CGT de l'Enseignement Supérieur de la Fédération de l'éducation, de la recherche et de la Culture)
 

 

Pour figurer parmi les premiers signataires écrire à socialnecmergitur@yahoo.fr
 

 

 

#deboutlesbibs : face à des politiques qui les précarisent davantage les bibliothèques doivent désormais se mettre debout
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 17:49

 

Deux appels distincts ont ainsi été lancés sur Internet par des personnels des bibliothèques universitaires et ceux des équipements de lecture publique de la Ville de Paris

 

Ils ne se sont pourtant pas concertés, mais dans ce cas précis, les rayonnages se sont rencontrés, car c'est de concert que les personnels des bibliothèques universitaires et ceux des établissements municipaux de la capitale contestent les lubies des pouvoirs publics de vouloir ouvrir plus le soir ou le dimanche « sans moyens ». Il faut dire que les élites politiques, toujours plus démagogiques dans ce cas, n’ont plus qu’un crédo : ouvrir davantage les bibliothèques ! Et peut importe les objectifs et les conditions de ces extensions d’horaire. Une perspective largement contestée par les professionnels.

 

Ainsi du côté des bibliothèques universitaires, les agents interpellent vivement Najat Vallaut-Belkacem, la ministre de l’Éducation, après son annonce d’ouvrir leurs établissements le week-end et en soirée (lire ici). « Ouvrir davantage les bibliothèques universitaires avec des moyens, des professionnels et de réelles compensations pour les personnels : pourquoi pas ? Mais avec des personnels non qualifiés, des services dégradés et des espaces restreints, c’est NON ! » ont ainsi déclaré plusieurs centaines de bibliothécaires dans une pétition mise ligne (lire ici).

 

Un camouflet pour la ministre car les agents ne sont pourtant pas forcément opposés à des extensions d’horaires. « Nous aurions même pu y être favorables, avec les moyens correspondants, dans les établissements ou les sections où, dans un constat partagé avec les représentants des personnels, il aurait été évident que cela répondait à un besoin social. Mais nous refusons toute extension des horaires d’ouverture dans le cadre que vous nous proposez, avec des moniteurs étudiants, non qualifiés, jetables et corvéables à merci, des services dégradés et/ou des espaces restreints. Ce n’est pas notre conception des missions de service public des bibliothèques universitaires ». Dur pour l'ancienne porte parole de Ségolène Royal.

 

Et les personnels de renvoyer Najat Vallaud-Belkacem dans ses cordes : « Madame la Ministre, si vous voulez réellement améliorer les services offerts par les BU, augmentez d’abord les financements pour porter l’offre documentaire au niveau des standards internationaux ; et si vous considérez que, pour répondre à leurs missions, les bibliothèques universitaires doivent ouvrir davantage, créez les postes de titulaires nécessaires, abondez les budgets en conséquence et proposez aux personnels des compensations attractives ». Comme ce n'est pas le cas, on peut donc dire que les signataires sont on ne peut plus cruels envers leur ministre de tutelle, laquelle affirme pourtant urbi et orbi appartenir au camp progressiste.

 

 

Pour ouvrir plus les BU, la ministre ne propose que des services dégradés et des espaces restreints

Les projets « d'ouvrir plus » les bibliothèques ne passent pas chez les professionnels

 - Oui, mais façon progressiste avec des moniteurs étudiants, non qualifiés, jetables et corvéables à merci

 

 

Une critique qui ne s’applique pas qu’au gouvernement puique c’est également ce que disent les agents des bibliothèques municipales parisiennes après les annonces faites dans la presse par Bruno Julliard, l’adjoint en charge de la culture à Paris d’ouvrir sept nouvelles bibliothèques le dimanche (lire ici). Mais là aussi ces extensions se feront sans moyens supplémentaires en tout cas, semble-t-il, sans recrutements de personnels titulaires (lire ici).

 

Une véritable provocation selon les bibliothécaires parisiens qui rappellent que la situation est actuellement « catastrophique ». « Les restrictions budgétaires en vigueur depuis plusieurs années ont eu pour conséquence la diminution importante de personnels dans les bibliothèques municipales de la capitale. De fait, les établissements exsangues sont contraints à réduire leurs horaires d’ouverture en semaine quand ils ne sont pas carrément fermés brutalement » ont ils ainsi affirmé dans un texte publié sur le site change.org. On est effectivement loin d’avoir les conditions pour ouvrir plus. 

 

Il faut dire que pour le moment l'adjoint à la culture table sur des ouvertures avec seulement une majorité d’étudiants à temps très partiel. Un étrange retournement de l'histoire quand on sait que le même Bruno Julliard ne doit son parcours politique qu'au fait d'avoir manifesté contre le Contrat Première Embauche (CPE) en 2005. Certains esprits taquins ont même décidé de lancer sur Twitter le hashtag #ledimanchecestCPE « pour lui rappeler ses idéaux de jeunesse » (lire ici). Du pur mergitur !

 

En tout cas les agents préviennent d'ors et déjà le premier adjoint d'Anne Hidalgo : « il n'est pas envisageable que les ouvertures du dimanche s'effectuent au détriment de la qualité du service public rendu aux Parisiens, ni dans les bibliothèques concernées, ni dans les autres bibliothèques du réseau. Dans les conditions qu’on nous impose, les bibliothécaires parisiens, soutenus par toutes les organisations syndicales de la Direction des Affaires Culturelles, refusent toute nouvelle ouverture le dimanche ! » (lire ici).

 

Un défi de taille pour l’ancien syndicaliste étudiant qui va probablement devoir négocier s’il veut sortir de cette impasse. En cas d’échec, il pourrait bien se coltiner un conflit social, et pas un petit, selon les spécialistes qui connaissent bien l’histoire sociale des bibliothèques de la capitale. En effet, en 2010 un mouvement similaire avait duré pas moins de douze semaines au bout desquelles la mairie de Paris avait finalement été contrainte de proposer un protocole d’accord pour sortir de cette crise (lire ici).

 

Publié également sur Miroir Social

 

 

            Bruno Julilard va-t-il humer de nouveau le parfum des mouvements sociaux ?

Les projets « d'ouvrir plus » les bibliothèques ne passent pas chez les professionnels

                        - Grrrr, en plus les revendication me rappellent mes idéaux de jeunesse !

Repost 0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 15:58

 

La direction était visiblement pressée d’alimenter les chaudières du chauffage urbain

 

Les agents de la bibliothèque universitaire de Sainte Geneviève (BSG), située juste en face du Panthéon dans le cinquième arrondissement de Paris viennent de faire une découverte hallucinante en cette période de restriction : la mise à la poubelle de nombreux livres assez rares. Un véritable « appauvrissement collectif » selon le communiqué diffusé par l’intersyndicale (lire ici).

 

Pire, quelques-un de ces ouvrages pilonnés seraient même absent de la Bibliothèque Nationale de France (BnF). En effet, ces documents édités uniquement par la bibliothèque Sainte Geneviève (à compte d'auteur ?) n’auraient même pas fait l’objet d’un dépôt légal ! Une procédure pourtant obligatoire.

 

Et les bibliothécaires de poser une question de bon sens : « pourquoi ne pas donner ces ouvrages plutôt que les détruire ? » car visiblement la direction de Sainte-Geneviève, pressée sans doute d’alimenter les chaudières du chauffage urbain, n’a même pas pris la peine de proposer ces ouvrages assez rares à d’autres bibliothèques patrimoniales de l’hexagone. Elles auraient pourtant été nombreuses à être intéressées.

 

Sinon, il existait aussi selon les personnels des solutions simples pour ne pas tout balancer à la poubelle. Comme proposer ces exemplaires aux architectes et historiens d'art venant des quatre coins du monde visiter le bâtiment ou encore aux différents publics de la bibliothèque, lecteurs ou visiteurs. « Cela contribuerait à la valorisation de l'histoire et du patrimoine de la BSG » remarque non sans raison l’intersyndicale.

 

Et les bibliothécaires de rappeler que  « conserver, communiquer, enrichir et valoriser, telles sont les missions des bibliothèques. Au moment où les ressources publiques se font rares, il semble judicieux de gérer le budget avec discernement. Quand d'un côté la BSG pilonne des documents touchant à son histoire, et d'un autre décide de fermer sa salle de lecture ou de suspendre sa communication d'ouvrages pour privatiser ses espaces, nous nous interrogeons plus que jamais sur le sens de ses missions de service public ». Ils ne sont pas les seuls.

 

 

 

  Pilon à la Bibliothèque Saint Geneviève : la direction avait déja fait une tentative en 2014

Les personnels de la bibliothèque Sainte Geneviève dénoncent un véritable gaspillage
Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 14:18

 

ActuaLitté : le 8 avril 2016

 

Alors que les bibliothèques sans livres apparaissent aux États-Unis,  ils préconisent au contraire….. un retour au livre !

 

Le débat sur le bienfait des nouvelles technologies sur l’enfant est bien connu, mais il concernait principalement les écoles jusqu’ici. Pourtant, la lecture ne s’arrête pas aux salles de classe et la question ne concerne pas seulement l’école au sens strict. Doit-on revaloriser la lecture et offrir aux enfants un espace sans technologie ? C’est ce que des bibliothécaires parisiens croient.  

 

Dans une étude publiée par le Haut Conseil de l’Éducation, il est écrit que plus de 40 % des élèves n’ont pas réussi à acquérir une lecture fluide à leur entrée en 6e. Alors, faut-il empêcher les jeunes enfants d’avoir une prise illimitée sur tous ces objets technologiques ? 

 

L’idée a été expérimentée en France. Ainsi, en 2013, six établissements scolaires des Buttes-Chaumont (XIXe arrondissement) avaient fait l’expérience de la diète numérique. Une mère parisienne s’était inspirée d’une expérimentation faite au Québec et à Strasbourg.  Un an plus tard, en avril 2014, c’est le maire du XIXe arrondissement qui avait tenu une conférence sur le sujet, disponible sur Youtube.

 

C’est ce que plusieurs noms éminents de la Silicon Valley auraient testé, selon le New York Times. Dans un article assez surprenant, il est raconté que beaucoup de dirigeants écartent les nouvelles technologies lorsqu’ils sont avec leurs enfants.  Le fondateur d’Apple, feu Steve Jobs, aurait, lui, adopté une pédagogie stricte avec ses enfants. Evan Williams, un des cofondateurs de Twitter, n’autoriserait quant à lui que l’accès aux livres, mais pas aux tablettes. 

 

C’est ce qu’on appelle la pédagogie Steiner-Waldorf, une école qui s’applique dans plusieurs établissements non seulement américains, mais internationaux, notamment en France. Dans ces établissements, les enfants n’apprennent à maîtriser Google qu’en 4e et le mode d’apprentissage dans ses premières années n’inclut aucune forme de technologie, bien plutôt des outils traditionnels : tableaux noirs, craies, livres. 

 

Pour le moment, la méthode n’est toutefois pas très implantée en France, car les professionnels de l’éducation ont toujours craint que cette école soit sectaire. C’est sous Jack Lang que la méthode a été purgée de ces accusations… jusqu’en 2013-2014, date à laquelle une Commission de l’Assemblée nationale a remis un rapport sur les dérives sectaires en citant la méthode. 

 

Alors que les bibliothèques sans livres apparaissent aux États-Unis, des bibliothécaires parisiens préconisent un retour au livre, et pas de technologie dans les bibliothèques. Ils arguent l’idée que l’obsession ambiante pour le divertissement ne doit pas pâtir sur l’éducation des enfants à la culture. La bibliothèque serait ainsi un endroit idéal pour déconnecter l’enfant.

 

L’auteur de l’article rapporte les idées d’un collègue bibliothécaire : « Ce que je vois, en effet, c’est cet étrange glissement qui transforme les écoles en bibliothèques et les bibliothèques en ludothèques. Ce que je ressens, c’est cette impression bizarre que tout s’homogénéise, qu’on veut faire la guerre à l’ennui, peut-être même au fond à la difficulté de vivre, qu’on pense la gagner avec des tablettes, des ordinateurs ou des consoles, des images et des codes, des connexions illimitées. »  Peut-être l’enfant a-t-il besoin d’échapper un moment à la vague technologique... 

 

Lire l’article de ActuaLitté

 

Des bibliothécaires parisiens veulent un espace de déconnexion pour l'enfant
Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 12:48

 

Livres-Hebdo : le 13 novembre 2015

 

« Ces situations vont tellement loin que nous avons été obligés de réagir » lance la responsable d’une médiathèque, en banlieue lyonnaise, à l’origine d’un appel à la solidarité anticensure culturelle

 

Les bibliothèques françaises victimes de pressions, voire de censures ? Récemment, plusieurs alertes ont été lancées en ce sens. La semaine dernière, l’association Bibliothèques en Seine-Saint-Denis a exprimé dans un communiqué son inquiétude face à de nouveaux cas de censure dans les établissements de son réseau : « L’association souhaite alerter élu(e)s et professionnel(le)s […] sur ces dérives, qui prennent des formes diverses : contrôle des listes d’acquisition, censure complète ou partielle d’expositions, de rencontres […] et vont à l’encontre du travail des bibliothécaires ».

 

Ainsi, une exposition sur les « jeux de genre » a été annulée en catastrophe dans une bibliothèque du 93, suite à une série de textos conduite par l’enseignante Farida Belghoul, qui avait pris parti contre l’enseignement de la théorie du genre à l’école. Une rencontre prévue avec le géopolitologue Pascal Boniface à la bibliothèque des Lilas a été annulée à la demande de la mairie (PS) de la ville, en mars 2015, en pleine campagne pour les élections municipales. Ainsi que le constate une bibliothécaire, qui souhaite rester anonyme : « Nous assistons à un glissement inquiétant où la communication et les enjeux politiques s’immiscent dans notre travail de bibliothécaire. C’est d’autant plus dommage que cela émane souvent, en Seine-Saint-Denis, de municipalités ancrées à gauche ».

 

Difficile d’en savoir plus. « Je sors de mon devoir de réserve si j’en parle, indique une bibliothécaire. « Je prends de gros risques pour mon emploi », s’inquiète un autre. « Ces réactions constituent un indicateur du climat d’inquiétude dans lequel travaillent un certain nombre de professionnels » assure Pauline Maître, de l’association Bibliothèques de Seine-Saint-Denis.

 

« Ces situations vont tellement loin que nous avons été obligés de réagir » lance la responsable d’une médiathèque, en banlieue lyonnaise, à l’origine d’un appel à la solidarité anticensure culturelle. « Depuis le changement de municipalité [du PS aux Républicains, NDLR], je suis confrontée à des consignes politiques qui me sont faites, comme de ne pas valoriser des thématiques telles que l’homosexualité et le racisme. Cela a conduit à la suppression de plusieurs projets interculturels ».

 

Cette responsable est à l’origine d’une lettre ouverte qui sera prochainement envoyée au maire de sa commune. La coordination syndicale CGT du Rhône coordonne quant à elle une soirée de mobilisation pour un service public démocratique, intitulée « Même pas peur », samedi 21 novembre à Vénissieux (lire ici).

 

Lire l’article de « Livres-Hebdo »

 

Retour des censures dans les bibliothèques municipales
Repost 0