Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 07:39

 

Le site de Tolbiac en terrain glissant comme dans un mauvais conte de (dominique) Perrault.

C’est encore une (nouvelle) mauvaise idée de la direction de la BnF-François Mitterrand. C’est l’histoire d’un escalier de secours qui sert désormais à se rendre à la Bnf et que doivent emprunter depuis un an les visiteurs de cet établissement public, en lieu et place de l'accès initial par un tapis roulant souvent défectueux. Résultat : les handicapés, les femmes enceintes ou les personnes âgées ne peuvent plus y accéder. Pour les autres: « Nombreux sont ceux qui s'emparent de leur courage et d'une main courante pour entamer la descente. Tous sont très concentrés non sur leurs travaux à venir mais sur la succession de leurs pas. Les talons aiguilles sont bien sûr à proscrire... » rapporte « Livre-Hebdo ».

Il faut dire que cet escalier est maintenant le seul accès car les ascenseurs sont toujours en panne. La direction envisagerait même d’aller jusqu’au contentieux avec l’entreprise Thyssen, responsable de ces disfonctionnements…. Mieux vaut tard que jamais. Quant à sécuriser, impossible si l’en en croit un représentant des lecteurs siégeant au Conseil d’Administration : « la proposition que j’avais avancée de le sécuriser en ajoutant une rampe centrale supplémentaire n’a pas été retenue. La direction envisage de faire procéder au bouchage des trous qui ajourent les marches, afin de tenter de remédier en partie à l’effet de vertige qu’elles peuvent provoquer. Dans tous les cas, il faut d’abord obtenir l’autorisation de Monsieur Perrault, notre architecte préféré qui n’a décidément pas l’esprit d’escalier. »

Cette situation est d’autant plus navrante que, lors de la présentation du projet au CHSCT, rappelle la CGT de la BnF « les organisations syndicales avaient voté contre ce nouveau dispositif notamment en raison de la pente particulièrement raide de l’escalier et de l’absence d’une rampe centrale ». Les représentants du personnel avaient également souligné les risques de chutes liés au revêtement (des plaques en inox) choisi pour couvrir les sols.

Une alerte qui s’est révélé fondée, si l’on en croit les témoignages du public : « J’ai le vertige, je dois faire demi-tour »; « Impossible de descendre sans l’aide de quelqu’un »; « Merci de trouver une solution ;  « Ascenseur à nouveau hors service. Escalier impraticable. BnF inaccessible pour les personnes handicapées  ; « Si vous n’y faites rien, un accident grave se produira ». Le reste est à l’avenant selon la CGT qui a retranscrit ces quelques remarques laissées au fil de mois par les lecteurs sur les registres à destination des publics (lire ici). « Vous engagez votre responsabilité et la sécurité des visiteurs » avertit un lecteur. Ce serait un alors un mauvais conte de (dominique) Perrault.

Publié également sur Miroir Social

 

                                  32849.jpg

                                                                        D'après Perrault

 

 

 

LIre aussi

Inondations à la BnF : Les risques étaient connus depuis six ans !

Y aurait-il une sorte de potion magique pour la CGT dans le secteur culturel ?

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

commentaires

Pages