Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 09:49

 

Un épisode des plus fâcheux pour la ministre de la Culture que l’on dit de plus en plus fragilisée.

C’est un chiffre qui devrait faire scandale du côté de la rue de Valois, siège du ministère de la Culture. En tout cas si l’on en croit la CGT de la BnF, il risque de manquer deux millions et demi d’euros dans les caisses de la ministre Aurélie Filipetti.  

Pas une bonne nouvelle dans une période où Bercy part à la chasse aux économies dans tous les secteurs de l’Etat, notamment dans la Culture et que La BnF est frappé par les baisses de budget et les suppressions de poste. Tout part du contrat, quasi léonin, conclut avec la société de Marin Karmitz, pour l’extension de son complexe cinématographique MK2 sur le site François Mitterrand dans le XIIIème arrondissement de Paris.

D’après la CGT, Bruno Racine, le président de la BnF, avait  pourtant « vendu » l’arrivée de ces quatre salles de cinéma dans la bibliothèque comme le moyen de créer une nouvelle entrée côté hall Est sans « débourser » un centime puisque la société MK2 s’était engagée à prendre en charge le chantier à hauteur de 2,2 millions (en échange toutefois d’une occupation gratuite des lieux pendant 5 ans…).

 

        obscc3a8ne

                                                  Pour Marin Karmitz, la BnF c'est tout bénéf !

 

Seulement voilà, la signature de cette convention d’occupation est intervenue pile au moment où l’on bouclait le projet de refonte de la bibliothèque d’étude, occupant la partie supérieure de la BnF nous révèle le syndicat. Conséquence : il a fallu en urgence revoir cet aménagement.

Et là, la gabegie semble à l’œuvre du côté du Pont de Tolbiac, car comme nous le précise la CGT « du budget initialement prévu pour ce réaménagement évalué à l’époque à 3 millions d’euros hors taxes, on est passé avec l’installation du MK2 à 5,5 millions ».

Et les syndicalistes de sortir la calculette : « de fait, à l’inverse de ce qu’affirme la direction de la BnF, l’arrivée de la société MK2 dans nos murs a coûté cher aux caisses de l’Etat et a privé la bibliothèque de 2,5 millions d’euros en pleine période de restriction budgétaire ! ». Bref, à la BnF c’est pas toujours tout bénéf, sauf pour Marin Karmitz apparemment !

Ce qui est certain en revanche c’est que cet épisode est des plus fâcheux pour la ministre de la Culture que l’on dit de plus en plus fragilisée. D’autant que le CGT va faire prochainement de nouvelles révélations sur le contrat conclu entre la BnF et l’exploitant des salles de cinéma.

 

                                                         BnF: Aurélie affronte les turbulences

   1754834 3 1bd9 la-ministre-de-la-culture-aurelie-filippetti

                           -  Faut que je me couvre !  Après les fuites d'eau, les fuites des millions d'euros....

 

 

 

 

Lire aussi

Inondation à la Bibliothèque Nationale de France

Musées : Aurélie Filippetti et les grands ducs  

Inondations à la BnF : Les risques étaient connus depuis six ans !

A la BnF, c'est tout bénéf !

Partager cet article

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

commentaires

Michel Abhervé 03/03/2014 11:56

Si je comprends bien le contrat a été signé en 2011
J'avoue ne pas comprendre comment un contrat signé sous son prédécesseur peut fragiliser l'actuelle ministre

Social Nec Mergitur 04/03/2014 10:34



Peut être peut-on considérer que l'inaction de la Ministre (la direction de la BnF est toujours en place) vaut approbation du contrat ?