Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 09:39

 

La RFID à Paris, une mauvaise idée ? Retour d'expérience à la médiathèque Marguerite Yourcenar (XVè)

 

En 2008, un système qui utilise des puces émettant des radiofréquences, la RFID, était installé dans trois bibliothèques parisiennes. Un article : « La RFID, une mauvaise idée pour Paris » avait alors mis en garde contre l’installation aveugle de cette technologie, aussi bien en terme de fonctionnalités, d’efficacité budgétaire, des éventuels effets sur la santé ou de son impact en matière d’environnement. Trois ans après, où en est on ? Voici un premier bilan                                               

La RFID s’est imposée cette dernière décennie dans les bibliothèques du monde entier. A de rares exceptions près, toutes les nouvelles constructions de médiathèques se font avec cette technologie, en France (Rennes, Paris, Calais, Lyon, Bordeaux, Strasbourg…) mais aussi à l’étranger (parmi les exemples les plus marquants : Singapour, Lund, Cologne…  

Ce nouveau système d’identification est présenté comme très différent du système à code-barres qui prévaut dans les bibliothèques. Il permet notamment l’automatisation du prêt et du retour, le tri sur des tapis de rangement, des inventaires à la volée, la possibilité de stocker d’autres données dans la puce. 

 

 

                                   DSCF9579

 

 

C’est dans ce contexte technologique enthousiasmant que la Ville de Paris décide de se lancer dans l’aventure avec un trio de bibliothèques en construction. Il s’agit de la bibliothèque spécialisée en cinéma François Truffaut (1er arrondissement), la bibliothèque Chaptal (9ème) et la médiathèque Marguerite Yourcenar (15ème) tête de proue des 60 bibliothèques du réseau qui toutes trois ouvriront leurs portes en 2008.

 

Depuis trois ans, d’autres bibliothèques ont ouvert ou réouvert avec ce nouvel équipement (Rostand, Clignancourt, Melville, Louise Michel et Marguerite Duras en 2010 qui devient à son tour le plus grand établissement de Paris).

Au bout de 3 ans et demi, le temps est venu d’un premier bilan, à l’heure où Paris a décidé de stopper le rééquipement des bibliothèques. Quelles promesses la RFID a-t-elle tenues ? Quels usages en font les lecteurs, les agents ? Quelles perspectives peut-on envisager par la suite ?  

Malgré un contexte propre aux bibliothèques parisiennes (SIGB en fin de vie, grandeur du réseau, manque de concertation en amont et en aval sur le choix de cette technologie), il est possible de dégager quelques grandes lignes générales sur l’usage et le développement de la RFID en bibliothèque.

 

Tour d’abord, la RFID n’a pas répondu aux attentes des professionnels. Les promesses non tenues sont les suivantes :

- L’étiquette RFID couple le code-barres à l’antivol. Malheureusement, nous avons des puces blanches, sans inscription. Nous devons donc quand même coller un code-barres.

Les étiquettes sont plus volumineuses que les antivols magnétiques. Ce sont surtout les documents jeunesse qui en pâtissent.

- Le contrôle de la complétude (vérification qu’un document multiple est bien complet : 1 disque + 1 livret ; un double DVD …) ne fonctionne pas ou si mal qu’il vaut mieux s’en passer pour éviter les erreurs de transaction.

- L’intégration au SIGB est nulle : la RFID n’étant pas du tout supportée par Vsmart, nous sommes obligés d’utiliser d’autres logiciels, de piètre qualité, qui sont totalement déconnectés du SIGB. Ce bricolage est source d’erreurs et empêche toute évolution vers une utilisation avancée de la RFID.

- L’inventaire à la volée, sans toucher les documents, est inefficace. Il n’est d’ailleurs plus question d’en faire.

- Les étagères intelligentes, capables de détecter les livres (mais pas de les ranger !) présents, ne sont même plus évoquées, tant leur prix est élevé et leur intérêt faible.

 

 

                                       rfid-tag

 

 

D’autre part, l’automatisation des transactions, si souvent avancée comme argument massue pour imposer la RFID, n’est pas une raison suffisante, notamment parce que la réalité du système impose des contraintes supplémentaires auxquelles la RFID ne répond pas.  

- Le passage au prêt automatisé exige une simplification de l’équipement pour fluidifier les transactions surtout lorsqu’elles sont, comme à Yourcenar, très importantes (plus de 850 000 prêts / retours prévus pour 2011). En effet, le multi équipement (plusieurs puces par document) est difficilement reconnu par les automates.

Enfin, il est nécessaire de prévoir un ou plusieurs agents chargés de montrer le fonctionnement des machines, de gérer les conflits, les problèmes (amendes, documents non empruntables etc.).

Il existe par ailleurs des automates de prêt qui utilisent la reconnaissance optique et la démagnétisation. 

 

En outre, il n’est pas évident que la RFID soit un modèle de vertu économique en cette période de crise  car sa mise en place implique de nombreux investissements :  

- Le coût financier de l’équipement d’abord, est colossal : il ne suffit plus d’acheter des consommables, un portique et un magnétiseur, il faut également installer un logiciel, acheter des platines et souscrire à un contrat de maintenance pour le tout…

- Ensuite, si l’on prend la chaîne du livre depuis son acquisition jusqu’au désherbage on se rend compte que la RFID ne fait qu’ajouter une ou plusieurs opérations là où elle nous est présentée comme la possibilité de dégager du temps pour renseigner les lecteurs.

- Contrairement aux code-barre qui sont quasiment inusables, les puces sont très fragiles : au moindre pli, le signal est rompu. Les puces pour CD et DVD ont durée de vie très faible, de l’ordre de 3 à 5 ans maximum.

- Enfin, le recyclage de ces éléments métallique et toxique (présence d’un circuit intégré) n’a jamais été pensé mais il est évident qu’une puce est beaucoup plus nocive qu’un simple autocollant imprimé.

 

La RFID a suscité de grands espoirs parmi les membres de la profession. Les tutelles, séduites par le discours rassurant et résolument moderne des vendeurs de puces, ont succombé à ces charmes, pensant ainsi être à la pointe de la bibliothéconomie. Dans la réalité, il est à regretter principalement deux choses :  

- Que la RFID ait essentiellement été un argument pour réduire le nombre d’agents titulaires dans les bibliothèques en introduisant l’automatisation des prêts ; et en oubliant totalement l’aspect relationnel de notre métier

- Que l’investissement dans cette technologie inaboutie ait réduit l’intérêt des professionnels pour ce qui aurait dû véritablement être au cœur de nos préoccupations : l’amélioration du SIGB et des portail documentaires.

 

 

 

                                     DSCF9553

                                                          Un automate de prêt

 

 

 

Sur le même sujet:

La RFID dans les bibliothèques : Une technologie qui pose des questions d'ordre sanitaire, éthique et écologique.

La RFID, une mauvaise idée à la Ville de Paris

Lire également: Un article sur la RFID par le site "ActuaLitté"

 

Dernière minute: Ironie du sort, l'inventeur de la RFID vient de décéder. Lire sur

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Nicolas SAUTEL-CAILLE - dans Bibliothéconomiquement Vôtre
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 08:47

 

Le Monde: 29 novembre 2011

 

Fonction Publique: Force Ouvrière remporte les élections professionnelles.

 

 Un revers pour le gouvernement. Force ouvrière (FO) est désormais le premier syndicat dans la fonction publique d'Etat. L'organisation de Jean-Claude Mailly devance de peu la FSU. Or, FO se veut le syndicat le plus hostile à la révision générale des politiques publiques (RGPP), conçue par Nicolas Sarkozy comme un grand plan de modernisation de l'Etat.

 

Ce bouleversement découle des élections professionnelles qui se sont déroulées entre le 13 et le 20 octobre dans la plupart des ministères, des administrations et des opérateurs de l'Etat – puis le 22 novembre à France Télécom et au ministère de la justice. Selon les données communiquées par plusieurs syndicats mais non encore validées par le ministère de la fonction publique, FO arrive en tête avec 17,8 % des voix, suivi de la FSU (17,1 %), la CGT (16,4 %), l'UNSA (15 %) et la CFDT (14,5 %).

  

Largement majoritaire à l'éducation nationale qui regroupe près de la moitié des fonctionnaires de l'Etat, la FSU rétrograde surtout à cause d'une participation plus faible que d'habitude des agents de ce ministère (40,4 %, contre 62 % en 2008). Une part importante du personnel n'a pas pu prendre part au vote électronique du fait de dysfonctionnements techniques. La FSU a dénoncé "les conditions désastreuses" du scrutin.

  

Pourtant, indépendamment du recul de la FSU, FO a le vent en poupe. Par rapport aux scrutins précédents de 2008 à 2010, cette organisation enregistre une forte progression (+ 2,41 %). Elle progresse au ministère de l'éducation nationale et à celui de l'écologie. Elle recule en revanche à l'agriculture et à la culture. Mais elle conserve la première place à la défense.

  

FO est désormais pour l'Etat le premier interlocuteur syndical. Or contrairement à la FSU, "nous sommes présents partout, affirme Pascal Pavageau, secrétaire confédéral du syndicat. Nous opposons un front plus large face au gouvernement".

  

Dans un"livre noir" sur la RGPP réactualisé en octobre, FO calcule que 500 000 postes d'agents auront été supprimés entre 2007 et 2013 contre 150 000 selon le gouvernement. "Les résultats des élections montrent qu'une forte proportion de fonctionnaires se reconnaît dans nos critiques", se félicite M. Pavageau.

  

De son côté, la CGT reste troisième mais améliore son score de 1,2 %. La CFDT gagne 3,2 %. Cette dernière bénéficie toutefois des résultats des élections dans l'enseignement privé sous contrat qui votait pour la première fois en même temps que les agents de l'enseignement public. Hors secteur privé, la CFDT gagne globalement 1,8 %. Ce syndicat réformiste marque des points. A France Télécom, il est en seconde position avec 21,8 % des voix. Un résultat stable mais qui lui permet de devancer SUD, qui recule, et la CGT, qui reste première mais régresse.

 

Les 2,1 millions de fonctionnaires inscrits sur les listes électorales étaient appelés pour la première fois à élire directement leurs représentants aux comités techniques – équivalents des comités d'entreprise dans le privé – et non pas seulement les membres des commissions administratives paritaires qui examinent les situations individuelles.

 

FO était hostile à cette réforme qui "nuit au pluralisme syndical" en édictant des critères plus exigeants de représentativité des syndicats habilités à négocier. Opposé à cette réforme, FO en est paradoxalement aujourdhui le principal bénéficiaire dans les urnes.

 

 

 Lire l'article du "Monde"          

 

                                         le monde 2[1]

 

 

 

 

 

Lire également sur le même sujet, l'article de "France Soir"

 

NdR: Les résultats officiels et définitifs donnent finalement: 1- Force Ouvrière (16,6 %), 2- FSU (15,84 %), 3- CGT (15,82 %), 4- CFDT (14,56 %), 5- UNSA  (13,98 %), 6- Solidaires (8,62 %), 7- CGC (5,20 %), 8- CFTC (3,87 %)

 

 


Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 09:08

 

Les précaires de la Mairie de Paris se donnent rendez vous à l'Hotel de Ville.

 

Le Collectif-CGT des non titulaires de la Ville de Paris appelle les précaires parisiens à manifester aujourd'hui devant l'Hôtel de Ville (4ème) a t'on appris dans un communiqué.

 

La Mairie de Paris va être prochainement contrainte d'appliquer la loi sur les non titulaires de la fonction publique qui  fait suite aux conclusions d'un protocole d'accord signé entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

 

"Bertrand Delanoë doit l'appliquer dans son intégralité" demande le collectif. Ce que, visiblement, il n'a guère l'intention de faire "car il est prêt à exclure de son dispositif 95% des ses personnels non titulaires au nombre pourtant considérable de 23 400".

 

"C'est une véritable Génération Précaires qui se met en place dans la municipalité parisienne" remarque l'organisation syndicale.

 

"Paris doit montrer l'exemple et Bertrand Delanoë dont les positions pour un vrai progrès social sont désormais célèbres ne peut qu'aller à le rencontre de ses personnels" conclue la CGT avec accuité.

 

Une affirmation qui, nul doute, n'échappera pas à l'ensemble des observateurs politiques.

 

Publié également sur "Miroir Social"

 

 

                                                                     pecaires.jpg

                                                                                          "Génération Précaires"

 

 

 

Sur le même sujet:   Bertrand Delanoë, le triple A et les syndicats : Le best of !

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Actualité sociale
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 17:24

 

Le Monde- Question(s) sociales(s): 25 novembre 2011

 

Syndicats: L’UNSA ne s’attend pas à être représentative en 2013


Alors qu'on attend toujours les résultats définitifs officiels des élections du 20 octobre dans la fonction publique d'Etat - Force ouvrière crie victoire en indiquant que, avec près de 18% des suffrages, elle est devenue la première organisation syndicale -, les syndicats sont plus que jamais engagées dans la bataille de la représentativité.


C'est en fonction des nouveaux critères définis par la loi du 20 août 2008, qui accordent de fait une place prééminente à leur audience électorale dans les enteprises et dans les branches professionnelles, que le verdict sera rendu à l'été 2013. Le Haut comité du dialogue social déterminera alors la liste des confédérations syndicales représentatives au niveau national interprofessionnel.

 

Le 17 novembre, devant le club "Réalités du dialogue social", Luc Bérille, secrétaire général de l'Union nationale des syndicats autonomes (UNSA), a confié que "le plus probable est que nous ne franchirons pas le cap de la représentativité interprofessionnelle".  


L'aveu prend tout son sens quand on se souvient que c'est cette organisation, qui n'est pas une confédération, qui est à l'origine du changement des règles de la représentativité qui étaient restées immuables depuis 1950. Créée en 1993, par un regroupement de plusieurs syndicats autonomes autour de la Fédération de l'éducation nationale (FEN), alors en voie d'implosion, l'UNSA a cherché depuis à s'implanter dans le secteur privé. Le 16 janvier 2003, alors dirigée par Alain Olive, elle avait demandé au ministère des affaires sociales de reconnaître sa représentativité. Revendiquant 307 000 adhérents, dont 93 670 dans le secteur privée, l'UNSA, implantée surtout dans la fonction publique, et notamment dans l'éducation nationale, mettait en avant le fait que sa représentativité avait été "établie dans vingt-quatre branches d'activité".


Le ministre n'avait pas répondu à cette requête mais pour justifier "le refus implicitement opposé", il avait fait valoir que "les effectifs et l'audience de cette organisation ne sont pas suffisamment importants dans le secteur privé, notamment dans l'industrie et le commerce". L'UNSA avait alors introduit un recours devant le Conseil d'Etat, qui l'avait rejeté, le 5 novembre 2004. Tout en reconnaissant "la forte progression" de ce syndicat aux élections professionnelles et son "dynamisme", le commissaire du gouvernement, Jacques-Henri Stahl, qui avait instruit le dossier, avait jugé que l'implantation de l'UNSA dans le secteur privé était trop "hétérogène" et trop "sectorielle" pour être convaincante. Il avait toutefois observé que les critères de 1950 avaient tendance à "figer le paysage, plutôt qu'à favoriser son renouvellement". "On peut être tenté, ajoutait-il, d'inciter à des évolutions novatrices. Mais de telles prises de position, éminemment politiques en ce qu'elles affectent des éléments structurants de la vie du pays, relèvent avant tout de l'autorité politique".


C'est pourtant cette "jurisprudence UNSA" qui a fait bouger les lignes et conduit, aprés un débat au Conseil économique, social et environnemental et l'adoption d'une "position commune" entre la CGT et la CFDT d'une part, le Medef et la CGPME d'autre part, à la réforme de 2008. Tout porte à croire, à entendre les propos de Luc Bérille, que l'UNSA, qui a d'abord critiqué la réforme avant de la soutenir, ne bénéficiera pas en 2013 des fruits qu'elle a produit. Malgré sa progression, depuis 2004, dans le secteur privé, l'UNSA ne sera pas en mesure d'atteindre le seuil de 8% de voix aux élections professionnelles au niveau national interprofessionnel.

 

La conséquence est qu'elle ne peut pas participer aux négociations nationales avec le Medef et qu'elle n'est pas reconnue comme interlocuteur officiel par le gouvernement. Le 17 novembre, deux heures aprés avoir tenu ces propos pessimistes, Luc Bérille était toutefois reçu par Nicolas Sarkozy. Le lendemain, Ségolène Royal se rendait à Poitiers devant le congrés de la CFTC, pour l'encourager à se battre pour sa représentativité, en jugant que la centrale chrétienne "occupe une place irremplaçable dans le paysage syndical". La bataille syndicale est aussi une bataille politique.

 

Lire l'article sur: Le Monde.fr- Question(s) Sociale(s)


                            

                                                  le monde 3[1]

 


 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 16:48

 

AFP : 24 novembre 2011


Deux bibliothèques parisiennes couronnées par les Prix Livres Hebdo


La bibliothèque Louise-Michel, dans le 20e arrondissement de Paris, a reçu jeudi le Grand Prix Livres Hebdo des Bibliothèques, créé en 2010, qui vise à couronner les initiatives les plus originales susceptibles de renforcer la fréquentation de ces établissements.


La bibliothèque Marguerite Duras, dans le même quartier, a été récompensée par le Prix de l'Espace intérieur. Il s'agit de la plus spacieuse des bibliothèques parisiennes (4.250 m2), ouverte il y a un an rue de Bagnolet. Elle a déjà réalisé plus d'un million de prêts en un an.


Quant à la bibliothèque Louise-Michel, le jury, présidé par Zep, lui a décerné le Grand Prix "car elle est un exemple remarquable de ce que devrait être une bibliothèque du XXIe siècle", explique l'un des jurés, Sergio Dogliani, de Idea Stores, à Londres. "C'est un lieu de rassemblement de tous les publics à une époque où la cohésion sociale est une priorité et un facteur de succès pour un établissement culturel", a-t-il ajouté. 

Inaugurée au printemps 2011, la bibliothèque de 600 m2 est ouverte 35 heures par semaine au cœur d'un quartier populaire.


Le Prix de l'animation est revenu à la médiathèque Roger-Gouhier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), pour son jeu de listes en tous genres.


Le Prix de l'accueil a été attribué à la médiathèque L'Atelier de Condé-sur-Noireau (Calvados). Ses 1.350 m2 et ses multiples services publics en font un lieu de vie central dans cette ville de 6.000 habitants, souligne le magazine spécialisé Livres Hebdo.


Enfin, le Prix de l'innovation couronne la Bibliothèque Universitaire Saint-Serge à Angers (Maine-et-Loire), qui s'était offert une cure de jouvence et un agrandissement avant sa réouverture l'an dernier. 

Les prix, sponsorisés par 3 Ailes et Dublich, seront remis le 1er décembre à Paris, à la Bibliothèque de l'Hôtel de Ville.


Le jury avait reçu cette année 64 dossiers. Outre le père de Titeuf, il était notamment composé de Françoise Nyssen (PDG des éditions Actes Sud), Evelyne Didier (directrice de la médiathèque André Malraux à Béziers, Grand Prix 2010), Patrick Bazin (directeur de la BPI) ou encore Christine Ferrand (rédactrice en chef de Livres Hebdo).

 


                                                  afp

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 08:43

 

Le Parisien : 22 novembre 2011


La bataille se poursuit aux Archives


Le bras de fer continue entre le ministère de la Culture et les syndicats des personnels des Archives, en lutte contre le projet voulu par Nicolas Sarkozy d'installation de la Maison de l'histoire de France (MHF) dans les bâtiments des Archives, rue des Francs-Bourgeois (Ille).

 

Dernier épisode en date : alors que trois délégués syndicaux (une conservatrice en chef du patrimoine CFDT qui vient de partir en retraite, une conservatrice générale CFTC et un adjoint de surveillance CGT) sont depuis septembre sous le coup d'une menace de sanction pour avoir organisé une conférence de presse le 17 mai dans la cour de l'hôtel de Soubise (siège des Archives), les sections culture de ces trois syndicats ont reçu le 15 novembre un courrier du ministère de la Culture qui a remis le feu aux poudres.


La lettre du ministère qui fâche les syndicats. Dans cette missive, Elodie Perthuisot, directrice de cabinet du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, écrit : « Le ministère serait prêt à ne pas prononcer les sanctions prévues si aucune nouvelle manifestation publique non autorisée ne se tient au sein des Archives nationales et si je reçois l'assurance qu'aucun affichage ne sera désormais effectué, à l'entrée ou au sein du site »

 

Au nom de l'intersyndicale CFDTCFTC- CGT -Archives, Wladimir Susanj (CGT), adjoint de surveillance, crie au «chantage » et s'indigne «En clair, si les organisations syndicales des Archives nationales se taisaient enfin, si elles cessaient d'exister, alors en remerciement les sanctions seraient abandonnées! Pourquoi ne pas nous demander de prononcer notre autodissolution? »

 

Pour l'heure, l'intersyndicale a décidé de continuer à déployer, du lundi au vendredi, sa banderole « Non à la Maison de l'histoire de France» devant l'entrée du 60, rue des Francs-Bourgeois, calicot assorti d'un panneau couvert d'articles de presse. D'après la CGT, la pétition contre la Maison de l'histoire de France a recueilli plus de 25000 signatures.


Philippe Baverel

                                                       le parisien 12

 

 

 

Voir aussi la liste de soutien aux syndicalistes des archives

 

Sur le même sujet:: Des sénateurs soutiennent les syndicalistes des Archives Nationales

 

                                    Le Parisien: Les Archives Nationales veulent sanctionner des syndicalistes


Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 15:27

 

Arrêt Sur Image : 19 novembre 2011

 

Le journal « Libération » aime Paris, et son Maire.

 

Concomitance troublante: après la publication, hier, d'un supplément de quatre pages financé partiellement par la Mairie de Paris (comme @si le révélait), "Libération" consacre ce samedi deux pages à...une interview du Maire de Paris.

 

"Libé" aime la Ville de Paris, et son maire, Bertrand Delanoë. Et vice-versa.

 

Hier un supplément rédigé par les journalistes de "Libération" portait sur la recherche, à l'occasion d'un colloque organisé par la mairie, dont Libération était partenaire. Comme le révélait @si, la Ville avait financé l'impression des 2000 exemplaires du supplément, tirés à part pour l'occasion, et rémunéré une journaliste de Libé pour l'animation d'un colloque. Coût total pour la Ville: 30 000 euros pour cette opération.

 

Aujourd'hui "Libération" revient sur la polémique de la semaine, l'annonce de la candidature de la Verte Cécile Duflot à Paris pour les législatives 2012, un "parachutage" qui déplaît fortement au maire de Paris. Il s'en explique en détail dans une longue interview.

 

Les (très) mauvais esprits noteront qu'une pleine page est également consacrée au patrimoine immobilier de l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, locataire en litige avec la Régie Immobilière de la Ville de Paris (RIVP). Chevènement est locataire d'un logement social, alors qu'il est par ailleurs (apprend-on) propriétaire de deux appartements dans la banlieue parisienne, qu'il donne en location.

 

La Ville souhaite (sans succès jusqu'ici) qu'il quitte son appartement.

 

 Lire l'article  de "Arrêt Sur Image"              

                                                                       libé 16

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Revue de presse
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 14:57

 

Bibliothèques: La Mairie de Paris fait des économies en douce ! 

 

Les bibliothèques de la Ville de Paris ont été privées soudainement de leur reliquat de budget a-t-on appris aujourd’hui de source syndicale.  

 

« Bertrand Delanoë vient d’inventer une  année 2011 qui ne compte que onze mois » a déclaré la CGT des bibliothèques parisiennes.

 

Résultat : " Des livres qui aurait pu être proposé au public au mois de décembre le seront au mieux au mois de février " et « l’argent  prévu pour cette dépense est tout simplement perdu » ajoute la CGT

 

Dénonçant une désorganisation persistante, notamment des services comptables qui ont été regroupés cette année, le syndicat demande le rétablissement immédiat de ces crédits "pour maintenir un service de lecture publique de qualité".

 

« A moins que ce ne soit une façon subtile du Maire de Paris de préparer une rigueur budgétaire  et d’anticiper par avance la hausse de la TVA sur les livres ? »  conclut avec ironie le syndicat CGT.

 

                                                                        imagesCA2NASW0 

                                                                 La bibliothèque du futur : une nouvelle usine à gaz ?

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 09:13

 

La bibliothèque François-Mitterrand cherche ses marques !

   

Après son ouverture en décembre 1996, le personnel de la Bibliothèque Nationale de France (BnF) François-Mitterrand (XIIIè) est à la recherche de ses marques. La direction de l’établissement également, à la recherche avide et effréné de marques, mais commerciales cette fois.

 

Le site «Bibliothèques en lutte» et le magazine «Marianne» viennent de révéler les dessous de la dernière opération commerciale de la BnF, qui s’est permise d’attribuer une concession avantageuse et sans appel d’offre du domaine publique pour une durée minimale de 30 ans à la société de cinéma MK2.

 

Cet épisode n’est que le dernier d’une succession d’opérations commerciales réalisées par notre «Très Grande Bibliothèque» située dans un quartier cher à Léo Malet.

 

Nous apprenions au mois de juin que la société Cap Gémini, auteur d’un audit recommandant à la BnF d’augmenter dans son budget la part de ses activités commerciales en accélérant la vente aux entreprises de son fonds de catalogue, était prise en flagrant délit de «conflit d’intérêt», comme l’a rapporté d’ailleurs l’hebdomadaire «Charlie Hebdo». Il est vrai que la direction de la BnF n’a rien trouvé d’étrange à nommer à la tête de son service client, la consultante responsable de ce fameux audit ! Les bons comptes font toujours les bons amis.


Le 21 juin, jour de la «Fête de la Musique», c’était au tour de la chaine culturelle MTV de louer la bibliothèque pour son émission culte, la bien nommée, «Shake your botty». Le principe de cette émission est de bouger «son popotin» mais en anglais. La musique assourdissante a gêné le service public et les usagers. Selon de nombreux témoins, le public urinait même sur le parvis et l’escalator. L’essentiel, qui était de récolter un peu d’argent, était néanmoins sauf.

 

Le 24 septembre, la société «Orange» s’installait dans la place au prétexte d’une exposition sur l’histoire de la presse, et en profitait surtout pour proposer ses dernières babioles technologiques en démonstration. Le comité d’hygiène et sécurité s’y était opposé car tout cela ne marchait qu’avec du Wifi. Curieusement, les iPads en question étaient connectés par…deux câbles différents, l’un pour l’alimentation électrique et l’autre contre le vol ! Il fallait faire du wireless avec deux wire, mais la société «Orange» y tenait beaucoup parait-il. La BnF ne pouvait visiblement rien lui refuser. Tenue par le bout du câble ?

 

Enfin, le 29 septembre, cerise sur le gâteau, la direction avait réussi à dégotter non pas un, mais deux partenaires !  Adidas et le…Club Med Gym. Les personnels avaient reçu l’ordre, par une note interne, de fermer tous les volets en bois, pour que l’événement intitulé «Je suis unique» (si,si) puisse se dérouler sans entraves. Rappelons que le principe de cet événement consistait à pédaler sur des vélos de fitness installés sur le parvis avec l’objectif de dépenser 600 calories par heure ! Une culture véritablement physique ! Et visiblement rémunératrice !!!

 

Pendant ce temps, une autre révolution pas très culturelle était à l’œuvre. Des membres du Conseil Scientifique de la BnF s’alarmaient de l’élimination de dizaines de milliers de documents. Ils sont à l’origine de l’appel relayé par « Médiapart »  pour dénoncer ce projet. La direction et le ministère de la Culture sont restés de marbre. Mais le marbre aussi vaut un bon prix.

 

Quelles sont désormais les prochaines perspectives de développement commerciales qui restent à la direction de la BnF  pour achever en beauté cette riche année 2011 ?

 

La période des fêtes de fin d’année se prête à l’installation d’un vrai marché de noël (enfin !) sur le parvis déserté et laissé aux quatre vents. Sûr que la direction y a déjà pensé !

                                         

                 602149 10200653829740514 1893132129 n

                                           " A la BnF, c'est tout bénéf à ce que je vois ! "

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 09:00

 

ActuaLitté: 31 octobre

 

Londres: Mobilisation contre des fermetures de bibliothèques

 

Les londoniens ont massivement signé une pétition adressée au Secrétaire d'Etat à la Culture, Jeremy Hunt, pour qu'il intervienne contre la fermeture de la moitié des bibliothèques locales.

 

12 000 signatures accompagnées de centaines de lettres d'enfants en écoles primaires ont été adressées à M. Hunt, lui demandant d'annuler liquidation de six bibliothèque dans la capitale britannique. La décision, prise par le conseil du quartier de Brent, vise à fusionner les 6 établissements en un seul pour 3 millions de livres sterling.

  

Les militants anti-fermeture, qui ont veillé 24 heures sur 24 pour protéger leurs bibliothèques, ont été dévastés en apprenant que leur recours devant la justice avait été rejeté en première instance. D'autant que le projet de fermetures inclus l'établissement ouvert par Mark Twain à Kensal Rise il y a plus de cent ans.


Une nouvelle procédure judiciaire est en cours, après que les militants aient interjeté appel, parallèlement au recours exercé auprès du secrétaire d'Etat. Cette nouvelle procédure interdit au conseil local de prendre toute nouvelle décision irrévocable avant que la Cour d'appel rende son jugement.

 

De nombreuses personnalités, telles que les groupes Goldfrapp et The Pet Shop Boys, ou encore Nick Cave, Alan Bennett et Philipp Pullman ont apporté leur soutient aux manifestants.

Tous s’appuient sur le Public Libraries and Museums Acts de 1964 (la loi de 1964 qui régit les bibliothèques et musées publics) qui oblige les conseils locaux à fournir un  «service de bibliothèque efficace et accessible».

 

Interrogé sur la question jeudi lors d'un comité public, Jérémy Hunt a estimé que sur les « 151 directions de bibliothèques, 140 parviennent à se moderniser tout en faisant face à des coupes budgétaires, sans avoir de programme de fermeture d'établissements ». Avant de préciser : « l'important ce n'est pas de protéger les immeubles des bibliothèques, mais les services des bibliothèques ».

 

Un ajout qui manquera certainement de rassurer les personnalités, professionnels et membres du public qui participent au mouvement.

 

Sources The Guardian, Legislation   

                                                        londres 6   

                                                                           Londres, par Claude Monet (1904)                          

                                                   

 

 

Pour lire l'article de "ActuaLitté"

 

 

 

 

Repost 0
Published by parisculturesociale - dans Culture nec mergitur
commenter cet article

Pages