Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 08:26

 

Le Parisien : Le 25 septembre 2013


Le Clic-P mène un combat sans merci contre le travail de nuit et les ouvertures dominicales. Et la justice suit.


Leur ultime victoire contre le géant Sephora vient couronner trois années d’action contre la déréglementation sauvage des horaires dans le commerce parisien. Les irréductibles du Clic-P (Comité de liaison intersyndical du commerce de Paris) savourent, dans leur fief de Levallois (92), d’être parvenus à contraindre le parfumeur à fermer les portes de son magasin des Champs-Elysées à 21 heures. Contre minuit ou une heure du matin certains jours.


« Mieux, s’amuse Laurent Degousée, l’un des membres du Clic-P, c’est Sephora lui-même, en défendant le travail nocturne à grand renfort de pages de pub dans les journaux, qui a rendu l’affaire encore plus emblématique et permis une médiatisation importante de sa défaite devant les tribunaux. Les autres enseignes vont y regarder à deux fois avant de violer la loi… »

 

                         large_465188.jpg

                                                   Travail de nuit: Clic-P, le cauchemar de Séphora

 


Un comité unique en France  Cauchemar des enseignes de distribution parisiennes, le Clic-P, un comité unique en France, est né en 2010 autour de quelques syndicalistes, inquiets des effets de la loi Maillié qui rendait plus aisée l’ouverture dominicale des commerces. Une brèche déjà ouverte par Virgin, dès 1993. A ce premier cheval de bataille, les représentants de six organisations (CGT, CFDT, FO, Sud, CFE-CGC et le Seci) ont ajouté la lutte sans merci contre le travail de nuit.


« Notre force, c’est la collégialité, soulignent-ils, et notre structure, extérieure aux entreprises, nous protège des pressions qui sont énormes dans le commerce. La preuve : seuls 2% des salariés qui y travaillent sont syndiqués! ». Leur credo? « Paris n’a pas vocation à être un gigantesque supermarché ouvert jour et nuit où l’on contraint les salariés à se plier aux exigences toujours plus grandes ».


« Depuis des années, souligne Eric Scherrer, du Clic-P, c’est la course à l’échalote. A celui qui ouvrira plus tard que son concurrent, ou le dimanche parce que le voisin le fait sur le même trottoir. Jusqu’où irait cette surenchère si nous n’étions pas là? Discrètement, termine-t-il, des salariés de grandes enseignes nous contactent et nous décrivent des conditions de travail à faire dresser les cheveux sur la tête ».

 

 

                              Comme Dracula, les grandes enseignes en plein cauchemar

                           image012.jpg

                                                   " Ahhh, je peux plus faire la course à l'échalote "

 

 


Dès 2010, le rouleau compresseur Clic-P se met en marche, multipliant les procédures judiciaires. Avec d’abord un avocat, Me Vincent Lacourt, puis deux, « et bientôt trois », confient ses représentants.

Premières cibles : les supérettes qui ne respectent pas les horaires de fermeture dominicale : Monop, G20, Franprix, Spar, défilent devant le tribunal, et ressortent condamnés. Sommés de respecter la loi, sous peine d’avoir à régler de fortes amendes. « Malgré nos victoires, les dirigeants nous snobaient, sourit Laurent Degousée. Maintenant, les enseignes capitulent avant d’être traduites en justice, comme le BHV ou les Galeries Lafayette, qui ont renoncé aux ouvertures nocturnes. »

                                                   
Toutes condamnées  Jusqu’à présent, tous ceux qui ont été assignés en justice par le Clic-P ont perdu : des dizaines de supérettes parisiennes, mais aussi des emblèmes de la grande distribution. C’est le cas d’Apple Store d’Opéra, le magasin Uniqlo des grands boulevards, la boutique Sephora de Bercy-Village et, dernière en date, le vaisseau amiral du parfumeur, sur les Champs-Elysées.

« Le juge est formel dans son arrêt, souligne Laurent Degousée : Le recours au travail de nuit doit être justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou d’utilité sociale. Avec cette décision, Uniqlo et Apple qui ont fait appel n’ont aucune chance de gagner en justice… ».

Prochaines cibles du Clic-P qui fourbit ses armes et étoffe son dossier : Monoprix. « Cette fois, annoncent les délégués, nous irons au pénal… »


Lire l’article du « Parisien »

 

 

                                                   Le Clic-P assignera les grandes enseignes au pénal

                                       x-en-plein-cauchemar-jj

 

 

 

 

 

Lire aussi

Travail du dimanche : Quand les patrons manipulent les salariés (et les médias) !

Social: Le travail de nuit étalé au grand jour !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 17:59

 

Arrêt Sur Image : le 30 septembre 2013

« La direction a loué un bus, nous a fourni des sandwichs pour préparer le défilé. Tout a été financé de A à Z par les patrons » précise un volontaire du dimanche

Le slogan "Yes week-end" a fait le tour des JT ce dimanche. Les journaux télévisés se sont intéressés à l'ouverture des magasins Leroy Merlin et Castorama, pour protester contre une décision de justice qui leur impose de fermer le magasin ce jour-là. Une ouverture perçue dans les reportages comme soutenue par des salariés, réunis dans le collectif des « Bricoleurs du dimanche », avec force banderoles, tee-shirts, pétitions.

Mais le mouvement, présenté comme spontané, ne l'est pas tant que ça, nous apprend le Huffington post. Ce mouvement est en effet soutenu par les directions des deux enseignes bien au-delà du simple soutien moral. C'est une véritable assistance pratique et financière que les deux enseignes procurent à leurs salariés. Une agence de communication, Les Ateliers Corporate a ainsi été mandatée par les deux directions. « Les salariés sont allés voir leurs directions en disant 'on veut porter le combat mais on ne sait pas comment faire, aidez-nous', raconte Stéphane Attal, directeur associé de l'agence, au HuffPost

           

                                          64906

                                         Dimanche: Quand les patrons jouent de la trompette aux salariés

 

Mais un salarié, qui témoigne de manière anonyme, rapporte une toute autre version auprès du Huffpost. C'est le directeur du magasin dans lequel travaille ce salarié, qui est directement allé lui demander de participer à une formation. « Il m'a bien dit que je n'étais pas obligé », précise-t-il. « Là, on a été réuni dans une salle en plein centre de Paris, il y avait deux ou trois salariés de chaque magasins Leroy Merlin ou Castorama concernés par les fermetures, soit environ une centaine de personnes. En préambule, des responsables des deux enseignes ont fait une présentation en disant qu'il s'agissait de notre projet, puis ils nous ont laissé avec les consultants. » On a commencé par un cours sur la communication de crise, ils nous ont notamment dit ce qu'ils voulaient éviter, les actions violentes par exemple ».

« Nous avons participé à cette réunion sur notre temps de travail, la direction a remboursé nos frais de déplacement et un buffet nous attendait. De la même manière, quand nous avons manifesté entre Montparnasse et le ministère du travail, la direction a loué un bus, nous a fourni des sandwichs et on s'est servi dans les rayons pour préparer le défilé. Tout a été financé de A à Z par les patrons », raconte-t-il. Et le salarié d'ajouter : « Si je demande une augmentation de salaire, jamais mon patron ne m'autorisera à interpeller les clients dans l'enceinte du magasin. Même chose pour les syndicats, quand ils veulent protester, ils restent sous la pluie. Tout ça n'est pas très juste. »

Lire l’article de « Arrêt Sur Image »

 

                                                     Travail du dimanche: l'arnaque dévoilée

                               18455770.jpg 

                                      - Gosh, sans le huffigton post on allait réussir notre coup !

 

 

 

Lire aussi

Social: Le travail de nuit étalé au grand jour !

Une intersyndicale, cauchemar des grandes enseignes

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Arrêt sur image
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 09:00

 

ActuaLitté : Le 27 septembre 2013

La Mairie de Paris invente un nouveau mode de calcul !

Un nouveau mode de calcul proposé par la Direction des Ressources Humaines de la Mairie de Paris pourrait, s'il est validé, conduire à de nouvelles réductions d'effectifs. Une proposition dénoncée par les syndicats et le personnel des bibliothèques parisiennes, déjà victimes de coupes de budget et d'horaires d'ouverture au public réduites. La Mairie de Paris évoque des ajustements, dans un souci de comptabilité synchronisée entre la Direction des Affaires Culturelles et celle des Ressources Humaines.

Ce nouveau mode de calcul, particulièrement redoutable, évalue les effectifs uniquement à la mesure des horaires d'ouverture au public : autant dire que les effectifs seraient considérablement réduits, malgré le fait qu'une fois la bibliothèque fermée, la journée de ses employés ne s'arrête pas. En effet, c'est tout le travail de fond des bibliothécaires qui serait remis en question : réunions d'acquisition, veille documentaire, commissions thématiques, rangement des collections, réception des commandes et livraisons de la réserve centrale... La liste est longue, sur le blog de la CGT Culture.  

 

                                          Effectif des bibliothèques: un nouveau mode de calcul redoutable

                                             TI-57 II

 

Comme nous le confirme une source proche du dossier, ce sont bien « toutes les réunions d'acquisition » qui seraient alors menacées, pour une « diminution d'effectifs qui conduiraient à de nouvelles fermetures d'établissements ».  

La proposition émane de la nouvelle Direction des Ressources Humaines centrale de la Mairie de Paris, et est d'autant plus surprenante que l'administration municipale elle-même reconnaissait implicitement le manque d'effectifs en réaménageant certains horaires d'ouverture des établissements de prêt. Jusqu'à présent, les syndicats pointaient le manque de personnels, quand la Mairie les estimait satisfaisants en regard du service public. 

Désormais, le ton a changé, et de nouvelles suppressions de postes pourraient avoir lieu. La Direction des Affaires Culturelles avait elle-même demandé un renforcement des effectifs, refusé en haut lieu...  

 

                                        Nouvelle image

                                   Comme la sundstrand, la DRH soustrait directement dans les bibliothèques

 

Effectif cible et effectif réel.  Contacté par ActuaLitté, le cabinet de Bruno Julliard, adjoint au Maire de Paris en charge de la culture précise que ce travail de comptabilisation a été lancé « conjointement par la Direction des Affaires Culturelles et la Direction des Ressources Humaines pour mettre à plat les effectifs dans chaque bibliothèque, à la demande des chefs d'établissement ».

En effet, avec le temps, « des décalages ont pu apparaître entre les postes budgétaires créés et les postes effectivement pourvus en bibliothèque ». Par exemple, au moment où la bibliothèque Vaugirard (15e) devait fermer ses portes, des postes budgétaires avaient été supprimés, et jamais recréés alors que la bibliothèque est toujours ouverte, et ses employés en poste. Du coup, la DAC et la DRH n'avaient plus les mêmes chiffres relatifs au personnel.

 

                                          calculette

                          La DAC et la DRH n'ont pas les mêmes chiffres pour les bibliothèques.

 

Un effectif cible sera déterminé pour chaque établissement : pour déterminer celui-ci, les activités spécifiques, les actions culturelles, les activités avec les élèves des alentours seront prises en compte, tout comme la taille de l'établissement. D'après le cabinet de Bruno Julliard, les activités hors horaires d'ouverture seront donc prises en compte, par le biais de critères comme la taille de l'établissement et de ses collections. Les activités pendant les horaires d'ouverture, elles, serviront de critères pour différencier les établissements. 

« Des ajustements seront possibles, progressivement, entre les établissements », explique-t-on encore, « comme dans le cas d'un établissement en sureffectif et d'un autre en sous-effectif, mais elles seront sans incidence sur les conditions de travail ». Si elle relève des petites affaires de comptabilité, on pourra arguer que cette mesure pourra tout de même influer sur les initiatives des établissements : une bibliothèque qui organise peu d'activités ne disposera pas d'un effectif cible élevé, ce qui ne l'aidera pas à diversifier ses activités avec de nouvelles arrivées de personnel...

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

                                Bruno Julliard dans une bibliothèque à la recherche des effectifs cibles               

                   75018_-1.JPG

                                 -  " Désolée monsieur, mais la DRH est déjà là-bas  pour tout calculer ! "

                           -  " Alors dépêchons nous, car ils vont prendre les bibliothécaires pour cible  ! "

 

 

 

Lire aussi

Pour Bertrand Delanoë « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 09:12

 

La justice renvoie l’affaire vers le Tribunal Administratif, infligeant au passage une amende de mille euros au syndicat

Le syndicat SUD avait porté plainte contre l’établissement public Paris-Musées car contestant la légalité des élections professionnelles qui se sont tenues en juin dans les musées parisiens (lire ici).

Le syndicat avait décidé de porter le litige devant le Tribunal d’Instance et non devant le Tribunal Administratif. Pour la partie adverse évidemment, le tribunal d’instance ne pouvait être qu’incompétent car ces élections relèveraient, selon elle, exclusivement du droit public. L’audience préliminaire du 5 septembre dernier avait donc pour but de savoir quelle serait la juridiction idoine pour trancher le conflit.

La justice vient donc de donner une première réponse et a décidé que c’était au Tribunal Administratif de statuer sur la légalité des élections professionnelle dans les musées parisiens : « Ainsi le tribunal d'instance n'a qu'une compétence d'attribution et il n'est compétent pour statuer sur un litige que lorsqu'un texte le prévoit. En l'absence de toute disposition législative ou réglementaire expresse, le tribunal d'instance doit se déclarer incompétent. » déclare le tribunal dans son ordonnance de renvoi qui ajoute « qu’aucun texte ne prévoit expressément la compétence du tribunal d'instance pour statuer sur les litiges concernant ces élections

Pour la juge, madame Zylberberg « Il en résulte que c'est la juridiction administrative qui est compétente pour statuer sur la contestation de la régularité des élections au comité technique. » Elle renvoie le syndicat SUD « et les parties à mieux se pourvoir » selon le langage toujours très fleuri de la justice.

                         

                          39024-01175-30977072-m549x500.jpg            

                                        La justice renvoie Paris-Musée et le syndicat SUD à mieux se pourvoir !

 

Vue la rapidité de la justice administrative, le feuilleton ne devrait pas trouver d’épilogue avant la fin de l’année prochaine ce qui devrait tomber pile-poil avec la tenue en décembre 2014, des prochaines élections professionnelles pour toute la fonction publique, y compris pour les musées parisiens qui devront voter à nouveau.

Evidemment, la direction de Paris-Musées l’avait mauvaise de se retrouver assignée au tribunal, bien qu’ayant été d’une légèreté qui frisait le régime allégé dans le processus électoral, c’est pourquoi, dénonçant une procédure abusive, elle demandait trois mille euros de dommages et intérêts. « La justice n’est pas un jeu » déclarait d‘ailleurs son avocat dans un bel effet de manche durant l’audience, régalant ainsi beaucoup l’assistance.

La demande aura été suivi mais partiellement, puisque le tribunal « condamne solidairement M. Gaël Legrand et le syndicat SUD - Collectivité territoriales, Ville de Paris à payer à l'établissement Public Paris Musées, la somme de 1 000€ en application des dispositions de l'article 700 du code de procédure civile » une amende pas très fluctuat pour le syndicat mais qui aurait pu être plus mergitur.

Toutefois, magnanime, le tribunal rappelle dans ses attendus « la gratuité de la procédure, à l'exception du timbre de 35 euros dont le syndicat SUD Collectivité territoriales, Ville de Paris gardera la charge. ». Ce qui fera donc mille trente cinq euros tout rond !

Publié également sur " Miroir Social "

 

                                                   La justice a rendu son ordonnance au syndicat SUD

                                3E0

                                     " Bon, ça nous fera 1 000 euros et je ne fais pas le tiers-payant "

 

 

 

 

 

Lire aussi

Le syndicat Sud attaque la Mairie de Paris pour faire annuler les élections professionnelles dans les musées. 

L’audience du Tribunal d’Instance opposant le syndicat SUD à Paris-Musées n’était qu’un premier round. 

Elections professionnelles : Les musées parisiens ont désigné leurs représentants  

Rythmes éducatifs à Paris : Pour la CFTC, c’est « le bazar de la rentrée scolaire » !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 14:41

 

Le Figaro : Le 23 septembre 2013

Un rapport de la Chambre Régionale des Comptes pointe les largesses de cet établissement public de la Ville de Paris.

La politique culturelle de la mairie de Paris ressemble parfois à un vaudeville. On se souvient du bide du Centquatre, centre culturel rénové pour 100 millions d'euros de travaux et inauguré en grande pompe en 2008 par Bertrand Delanoë. Ses directeurs ont été remerciés en 2010. Tout comme Patrick Gufflet, à la tête, lui, du Théâtre Paris-Villette depuis plus de vingt-cinq ans et déclaré mauvais gestionnaire en 2012 par Bruno Julliard, adjoint à la culture, qui justifiait ainsi sa décision: « Nous sommes redevables envers les Parisiens des deniers publics dépensés.»

Une éthique partagée par la chambre régionale des comptes d'Ile-de-France, si l'on en croit un rapport d'étape concernant une autre salle municipale, et non des moindres. « La gouvernance du Théâtre de la Ville n'est pas celle d'une grande institution culturelle », indique-t-il clairement. Le constat est accablant. Fruit d'une enquête diligentée par deux inspecteurs en 2012, ces « observations provisoires » sont datées de février 2013. Ce rapport d'étape a été, comme le veut la loi, soumis aux responsables de l'établissement contrôlé, le 24 juillet dernier. Il porte sur les exercices de 2006 et suivants, ceux de Gérard Violette, directeur de 1985 à 2008, et de son successeur, Emmanuel Demarcy-Mota.

 

                                     rueducine com-cresus-1960

                               La direction du Théatre de la Ville tente d'échapper à la Cour des Comptes

 

La direction des affaires culturelles de la Ville de Paris, la direction du Théâtre de la Ville, le conseil d'administration de l'association, fourbissent actuellement les réponses aux analyses des sages. L'étude soulève, en effet, de nombreuses irrégularités. Bien que dépendant à 80 % des subventions de la Ville, à hauteur de 10 millions et demi d'euros, il semble que ce théâtre, qui accueille en deux sites (place du Châtelet et rue des Abbesses) 250.000 personnes par an, n'ait été longtemps régi que par l'autorité de son directeur. Une situation à l'origine de ces dérives ?

Ainsi, lors de son départ à la retraite, en plus des indemnités prévues par la convention collective, M. Violette aurait touché une gratification d'un montant de 98.056 euros. La chambre s'interroge aussi sur une autre prime exceptionnelle « décidée dans des conditions peu transparentes et calculée sur des bases parfaitement indéterminées de 75.000 euros bruts, versée sur 2007 et 2008 » et dont il fut bénéficiaire (ce qui fait donc un total de 173 000 euros pour cette retraite-chapeau). Un cadeau de la mairie de Paris ? Attribuée par Bertrand Delanoë, celle-ci est considérée par les experts de la chambre régionale des comptes comme une « libéralité qui ne respecte pas le cadre fixé pour les organismes à but non lucratif ».

 

                                                    173 000  euros pour la retraite, c'est mortel ! 

                                        51582A35Y0L

                                                                    -  Manque plus que le chapeau !

 

À propos des primes d'ancienneté, ceux-ci notent que « par des décisions qualifiées d'exceptionnelles et pourtant reformulées chaque année », l'ancien directeur du Théâtre de la Ville en a autorisé le dépassement du plafond pour lui-même et certains de ses collaborateurs…

Les rapporteurs s'inquiètent des pleins pouvoirs qui seraient donnés au directeur, au détriment du président et des membres du conseil d'administration de l'association qui régente ce théâtre. Selon eux, ces derniers n'auraient d'ailleurs pas été consultés pour la nomination d'Emmanuel Demarcy-Mota: « Compte tenu de l'implication des directeurs dans la gestion, la chambre ne pouvait se désintéresser des modalités de ce choix. Elle aurait pu s'attendre à ce qu'il soit possible de consulter les projets concurrents, ou au moins de connaître le nom des candidats qui ont été sollicités ou se sont manifestés. Mais elle doit constater que la décision de choisir l'actuel directeur a largement échappé à l'association elle-même.»

 

                             500x500-000000-80-0-0

                                        Au Théatre de la Ville les primes de fin d'année étaient riches

 

Ce que conteste fermement Dominique Alduy, présidente du conseil d'administration. Elle rappelle que plusieurs candidats étaient en lice et que leurs projets avaient été longuement débattus. Emmanuel Demarcy-Mota, qui dirigeait le Centre dramatique de Reims, avait été préféré à Michel Orier, alors patron de la maison de la culture de Grenoble et aujourd'hui directeur de la création au ministère de la Culture, et José-Manuel Gonçalvès, alors directeur de la Ferme-du-Buisson et aujourd'hui à la tête du Cenquatre.

Le rapport signale encore une entorse au contrat du directeur. Celui-ci prévoit en effet que pendant toute la durée de son mandat, « M. Emmanuel Demarcy-Mota ne peut exercer des fonctions de même nature en France ou à l'étranger, exception faite de ses fonctions de metteur en scène.» Pourtant, trois ans plus tard, en 2011, il est nommé directeur du Festival d'automne.

Joint à Lisbonne, où était présenté l'un des spectacles français du Festival d'automne, il nous précise: « Un avenant à mon contrat stipule que je peux exercer une autre fonction culturelle, mais ne peux pas diriger une institution concurrente.» La Ville de Paris, contactée par nos soins, refuse de s'exprimer, arguant d'une procédure en cours. Et annonce des rectifications courant octobre, en attendant que l'on s'attaque enfin à un autre dossier brûlant: les travaux de rénovation du théâtre.

Lire l’article du « Figaro »

 

                                                 Au théatre de la Ville on sait alpaguer les primes

                             affiche alpagueur 2

                                                                 Normal, y a un avenant à mon contrat ! 

 

 

Lire aussi

Paris: Que les gros salaires lèvent le doigt !

Dans le conflit opposant le syndicat Sud à l’établissement public « Paris-Musées, le Tribunal d’Instance se déclare finalement incompétent…

  

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 13:11

 

ActuaLitté : le 23 septembre 2013

Anne Hidalgo propose la « culture pour tous », mais visiblement sans les bibliothèques

Le grand raout des municipales a commencé depuis plusieurs mois, et la capitale s'attend à un duel sans merci entre Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP et Anne Hidalgo, candidate PS soutenue par le maire sortant Bertrand Delanoë. Cette dernière présente aujourd'hui ses priorités pour Paris, et, rayon culture, c'est l'absence des bibliothèques qui interpelle.

Parmi les propositions présentées sur le site Internet de la candidate PS, la page 4 présente une section intitulée « Une culture vivante pour tous ». En quelques lignes, celle-ci offre un aperçu de la politique culturelle menée par Anne Hidalgo, en cas d'élection : « Les équipements culturels doivent devenir plus accessibles et accueillants, qu'il s'agisse des horaires, des bâtiments ou des événements. » 

 

                                                Culture: des mesures phares pour éclairer en plein jour

             5879150-anne-hidalgo-n-a-peur-de-personne.jpg

                                                             «  Ouah, la culture vivante pour tous, génial ! »

 

Si aucune mesure n'est annoncée spécifiquement pour les bibliothèques, les libraires bénéficieront visiblement d'un suivi comparable à celui des salles de cinéma : « Comme nous le faisons aujourd'hui pour le cinéma, nous serons aux côtés des professionnels du livre et de la musique et du spectacle pour préserver la richesse et la diversité de la production des supports culturels, les commerces culturels de proximité (librairies, disquaires) et les salles de spectacle. »

Lors d'une rencontre au mois de juillet, la candidate avait pu s'entretenir avec des libraires sur la situation préoccupante des commerces de livres indépendants dans la capitale. À cette occasion, la nomination d'un interlocuteur privilégié au sein des services municipaux, à l'attention des libraires, avait été évoquée.

La situation des bibliothèques parisiennes mériterait pourtant une attention tout aussi soutenue : depuis plusieurs mois, les employés des établissements publics interpellent sur des conditions de travail considérablement dégradées, et un service public délivré aux citoyens qui s'en ressent.

Vétusté des bâtiments, réduction des budgets et des effectifs, repos sur des moniteurs étudiants... Les revendications sont nombreuses, et les rangs des services culturels de la ville n'étaient pas désertés lors de la mobilisation contre la réforme des retraites, le 10 septembre dernier...

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

                                  Paris:  Anne Hidalgo envoie un signal fort aux bibliothèques municipales

            hidalgo bataclan

                                                                           «  Bye, bye les amis ! »

 

Lire aussi

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

Vagues de protestation dans les bibliothèques municipales

Anne Hidalgo aimerait un maire-adjoint….. en charge de la nuit !

Le Paris d'Anne Hidalgo: Les bobos, c'est fini, voici les Sosos !

Révision (a la baisse ?) des effectifs pour les bibliothèques parisiennes

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 08:50

 

Pour la Mairie de Paris c’est « pas de quartier » !

 

La Mairie de Paris s’est fait une spécialité depuis quelques années : Renommer des établissements qui portaient des noms de quartier ou de rue au profit de personnalités les plus diverses. Pourtant les usagers ne s’en plaignaient pas, bien au contraire, car ils situaient immédiatement les bibliothèques en question.

 

Les parisiens connaissaient ou savaient situer les bibliothèques aux noms aussi évocateurs que Vivienne, Temple, Port Royal, Maine, Plaisance, Beaugrenelle, ou Saint Fargeau. Ils doivent maintenant se creuser la tête pour localiser Charlotte Delbo, Marguerite Audoux, Rainer Rilke, Colette Vivier, Aimé Césaire, Andrée Chedid ou Oscar Wilde.

 

Douze fois déjà depuis l’élection de Bertrand Delanoë (et la nomination de Christophe Girard à la culture) cette frénésie du naming a frappé les bibliothèques parisiennes. Et cela ne semble pas près de s’arrêter si l’on en croit la Mairie de Paris. Dans les prochaines semaines ce sont encore quatre établissements, pas moins – Baudoyer, Mouffetard, Porte Montmartre et Clignancourt - qui vont être débaptisés pour prendre respectivement les noms d’Arthur Rimbaud, Mohamed Arkoum, Jacqueline de Romilly et Robert Sabatier. Comme on le voit pour donner un nom à ses bibliothèques, Paris ne fait « pas dans le quartier ».

 

 

                                           Naming des bibliothèques: Paris fait pas dans la dentelle

         Foire-de-Paris-1

                                                                      "  Allez Bertrand, pas de quartier ! "

 

 

Toutefois cette course à l'échalotte commence à exaspérer jusque dans les rangs de la majorité municipale. Ainsi la présidente du groupe écologiste au Conseil de Paris, Danielle Fournier, n’a pas hésitée à « exprimer  son inquiétude quant à la surenchère de la mémoire observée actuellement parmi les éluEs du Conseil de Paris qui, dès la disparition de figures marquantes, proposent qu’un lieu parisien lui rende hommage et induisant un risque de saturation de l’espace public. ». L’élue rajoute sévère « pour ma part, je trouve qu’on a une sorte d’encombrement de l’espace public, une saturation des interpellations pour le passant, pour le visiteur » (lire ici)  

Il est vrai que donner le nom d’une personnalité à un bâtiment permet au Maire de Paris de l'inaugurer une deuxième fois, de prononcer un beau discours et de prendre de bien belles photos. Il peut aussi exploiter ces cérémonies à des fins communautaires comme pour la bibliothèque Aimé Césaire : « je dédie cette bibliothèque aux antillais de Paris » avait ainsi déclaré Bertrand Delanöe (voir ici).

 

Cela offre aussi parfois l’opportunité d’attirer du « people » comme Jean d’Ormesson qui a fait bicher Christophe Girard lors de l’inauguration d’Oscar Wilde (ex-Saint Fargeau) ou de faire pousser la chansonnette au chanteur -M- pour la (ré)inauguration de la bibliothèque Beaugrenelle rebaptisée du nom de sa grand-mère (lire ici).

 

C’est surtout l’occasion d’en tirer un bénéfice politique à défaut d’avoir un bilan en matière culturelle vu l’état des bibliothèques municipales dont certaines, faute de personnel, doivent désormais réduire leurs horaires d’ouverture (lire ici).

 

D'ailleurs, même les nouveaux équipements n'échappent plus à la malédiction municipale. Ainsi les bibliothèques Vaclav Havel et Jacqueline de Romilly, dont les inaugurations étaient prévues pour ce printemps 2013, voient leurs ouvertures repoussées sine die. La raison ? Un gestion des chantiers des plus mergitur (lire ici). 

 

Attention tout de même, le nom d’une bibliothèque doit rester dans les canons du politiquement correct en vigueur dans la municipalité parisienne. Ainsi la bibliothèque Glacière dans le XIIIe arrondissement avait-elle eu l'audace de proposer de se faire rebaptiser du nom de Léo Malet. Retoqué ! Ce dernier, malgré le fait qu’il a écrit avec « Brouillard au pont de Tolbiac » un des plus beau roman ayant pour cadre le quartier, eu sans doute le tord d’être un peu trop « anar de droite » pour l'Hôtel de Ville.  Depuis la bibliothèque Glacière attend toujours d'être rebaptisée.

 

 

                    Naming: la bibliothèque Glacière, près de Tolbiac, reste toujours dans le brouillard

 

 

         delanoe-2 3550

                                 -  C'est pas grave, pour les inaugurations j'ai toujours les arrêts de bus ! 

 

 

Pour voir la liste complète des bibliothèques rebaptisées depuis 2001, lire ici 

 

Lire aussi

L'avenir incertain des bibliothèques parisiennes

Paris : Ces bibliothèques contraintes de réduire leurs horaires faute de personnel.

Le Parisien : A Paris, l’avenir des bibliothèques de quartier en question !

Paris : La bibliothèque Vaugirard fermée pendant une semaine !

Extinction des feux dans les bibliothèques parisiennes  

Paris: L’inauguration de la bibliothèque de la Porte Montmartre (XVIIIe) repoussée à une date ultérieure.

L’ouverture de la médiathèque Vaclav Havel (XVIIIe) repoussée sine die ?

Médiathèque des Halles : Les personnels lancent un appel au Maire de Paris pour un collègue en réinsertion

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 09:54

 

ActuaLitté : Le 17 septembre 2013

Une prolongation de contrat lui est nécessaire

Au sein de la Médiathèque Musicale de Paris (MMP), située dans le Forum des Halles, à Paris, on se mobilise. En effet, un collègue qui bénéficie d'un dispositif de libération conditionnelle a besoin d'une prolongation de son contrat afin de ne pas retourner en prison, rapporte la CGT Culture. 

Pour ne pas briser le travail de réinsertion accompli pour ce personnel affecté au service de documentation (dans le cadre d'un CUI, contrat unique d'insertion), les salariés de la médiathèque ont envoyé une lettre ouverte au Maire de Paris, Bertrand Delanoë, et à son adjoint à la culture, Bruno Julliard. 

Un manque de moyens financiers semble être à l'origine de cette problématique. Si rien n'est fait, cela pourrait remettre en cause la collaboration établie avec la prison de la Santé et la médiathèque, ce qui serait fortement dommageable pour le soutien aux personnes en cours de réinsertion.

Lire l’article de « ActuaLitté »

 

                                        Réinsertion: Les personnels de la MMP lance un appel à Delanoë

                        Golden-Earring---Prisoner-Of-The-Night---LP-RECORD-539617.jpg

 

 

 

Lire aussi

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 13:38

 

Livre Hebdo : Le 16 septembre 2013

A l’appel de l’intersyndicale CGT-Sud, la revendication avait pour objet l’insuffisance de moyens humains et informatiques.

Une grève des 15 bibliothèques de Lyon a eu lieu le 14 septembre suite au vote de l’intersyndicale CGT-Sud, afin de demander une aide financière plus satisfaisante concernant le personnel « volant » et le matériel.

Après une première grève le 20 juin, la Ville de Lyon a proposé 60 000 euros pour le renouvellement de matériel informatique, la création de deux postes de « volants » et la titularisation de quatre postes de « volants ».

« Nous ne comprenons pas la même chose sur la mission de cette brigade volante, explique Malika Laval, déléguée syndicale CGT. Pour nous, ces postes de volants visent à effectuer des remplacements en cas d’absences courtes et imprévisibles, tandis que la direction de la Bibliothèque municipale de Lyon veut leur confier les remplacements dus aux absences longues et prévisibles, comme les congés maternité. Pour ces longues absences-là, nous ne pensons pas que les quatre postes volants puissent les couvrir, et nous préférerions que d’autres personnes soient recrutées en CDD.»

Les syndicats demandent un tableau des absences afin d’avoir plus de visibilité, mais la Ville ne le leur a pas encore fourni, selon Malika Laval.

Concernant le matériel informatique, « les 60000 euros ont été prévus notamment pour le renouvellement de matériel, comme des rétroprojecteurs par exemple, mais cela ne comprend pas les postes informatiques, c’est-à-dire notre outil de travail et celui des usagers », ajoute Malika Laval, qui pense que de nouvelles négociations avec la Ville auront lieu prochainement.

Lire l’article de « Livre Hebdo »

 

 

                             Pour ses bibliothèques, la Ville de Lyon ne propose q'une seule solution

                                           MovieCovers-207985-46009-BRIGADE-20VOLANTE.jpg

                                             " Et voici aussi votre nouveau modèle de rétro-projecteur ! "

 

 

Lire aussi

Vagues de protestation dans les bibliothèques municipales

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 10:14

 

Un rassemblement est prévu devant la bibliothèque de la Part-Dieu à 10h

Ceux qui auraient voulu emprunter des livres ce week-end devront certainement faire demi-tour les mains vides. En effet, un préavis de grève a été déposé ce samedi à l'initiative de l'intersyndicale CGT/Sud collectivités locales et CGT-UGICT.

Le mouvement proteste de nouveau contre le manque de moyens et demande également des embauches supplémentaires, avec notamment la mise en place d'une équipe de titulaires volants dans l'objectif de remplacer toutes les absences et à 100%.

Déjà en juin dernier, le personnel des bibliothèques de l'agglomération lyonnaise avait fait grève pour les mêmes revendications.

A noter également que samedi un rassemblement sera prévu à 10h devant la bibliothèque de la Part-Dieu où les salariés proposeront aux passants de signer une pétition en leur faveur.

Publié également sur " Miroir Social "

 

                                           Quand Gérard Collomb, Maire de Lyon s'intéressait au social

                        c3bfe8c46fb20589df0433fd6200292d h

                                                                 -  Bah, on ne peut pas être et avoir été !

 

 

Lire aussi

Vagues de protestation dans les bibliothèques municipales

Les bibliothèques de Lyon seront en grève le samedi 14 septembre

Grève dans les bibliothèques lyonnaises

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article

Pages