Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 08:17

 

Miroir Social : Le 18 novembre 2013

On ne sait jamais ce qui pourrait arriver !

« L’ensemble des directeurs de la Ville sont désormais tenus de toujours informer le secrétariat général et la DRH centrale du calendrier et de tout projet d’ordre du jour des instances de représentations du personnel (comité technique, comité hygiène et sécurité) de l’ensemble des directions de la Ville de Paris au minimum quinze jours avant que les dossiers soient envoyés aux véritables concernés, c'est-à-dire les membres élus de ces instances », rapporte la CGT.

L’administration centrale tient plus que jamais à valider dans quelles conditions les directions opérationnelles peuvent inscrire à l’ordre du jour des sujets sensibles avant les élections municipales de mars 2014.

Et la CGT de lancer que « cette mesure autoritaire ne sert à rien car les syndicats peuvent toujours dévoiler leurs questions et demandes d’expert au dernier moment sans que le secrétariat général le sache au préalable ».

Lire l’article de « Miroir Social »

 

                                    La Mairie de Paris voudrait bien contrôler le dialogue social avant les élections

      91c55e65801b328118fea91932f49fed

                                                                            -  Caramba, encore raté ...

 

 

 

Lire aussi

Les syndicats dénoncent l’attitude de la directrice des musées parisiens

La Mairie de Paris condamnée aux Prud’hommes : Les élus écologistes demandent des comptes

Pour Bertrand Delanoë, « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:18

 

Malheureusement, Jean-Claude Mailly ne pourra être présent pour Force Ouvrière car il « n’aura pas le temps d’aller chez le coiffeur »

Les dirigeants de la CFDT, Laurent Berger, et de la CGT, Thierry Lepaon, ont appelé l'ensemble des syndicats à se réunir le 25 novembre face « à la gravité de la situation » dans le pays, dans un courrier commun rendu public jeudi 21 novembre. 

« La situation politique, économique et sociale que connaît notre pays provoque des difficultés et une inquiétude grandissante chez les salariés (...) La société en proie au désarroi peut se laisser entraîner par l'expression des pires populismes », écrivent les deux secrétaires généraux dans cette lettre adressée à leurs homologues FO, CFTC, CFE-CGC, Unsa, Solidaires et FSU.

« La gravité de la situation interpelle tous les acteurs, parmi lesquels les organisations syndicales. Nous souhaitons organiser une rencontre des secrétaires généraux et présidents de nos organisations afin de partager nos analyses et d'échanger sur les moyens d'y remédier », poursuivent-il dans ce courrier daté de mardi.

Les deux leaders proposent aux représentants des organisations syndicales de se réunir le « 25 novembre à 18h30 » au siège de la CFDT, à Paris.

 

                     Syndicats: le couple Berger-Lepaon essaye de reconstituer l'entente cordiale

                             entente-cordiale-20101102

                                    - Allez, on se refait un petit Thibault-Chérèque ?

 

Sollicitées par l'AFP, trois des six organisations invitées (la CFTC, Solidaires et l'Unsa) ont déclaré qu'elles rendraient à cette réunion…. Mais ils risquent de ne pas y croiser FO !

Car de son côté, le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, a refusé l'appel de la CFDT et de la CGT de constituer un front syndical uni, qui aurait constitué une première depuis l'élection de François Hollande. « J'aime pas répondre aux convocations et je ne crois pas aux choses artificielles » a déclaré Jean-Claude Mailly sur RTL .  « Je ne veux pas faire semblant d'être d'accord » avec la CGT et la CFDT, poursuit-il.

Le leader de FO ne croit pas au syndicalisme rassemblé, soulignant qu'il existe « des désaccords entre organisations », notamment sur le front de l'emploi, ou encore des retraites. Et de conclure : « Si c'est pour faire une photo où l'on est là tous ensemble, et bien je suis désolé, je n'ai pas le temps d'aller chez le coiffeur pour être beau sur la photo d'ici lundi ».

 

                      Jean Claude Mailly ne sait pas encore si il aura le temps d'aller chez le coiffeur

                RTR2V9Z7

                                    - Pourtant, j'aurais bien besoin d'un petit balayage !

 

 

Lire aussi

Les élections prud'homales, c'est fini ! 

Les quatorze preuves de l’utilité des syndicats 

Une intersyndicale, cauchemar des grandes enseignes  

Jean-Claude Mailly et le syndicat Force Ouvrière ne réclament plus la retraite à 60 ans.

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 11:03

 

AFP: Le 21 novembre 2013

Le mouvement s’annonce très suivi

Un mouvement de grève à l'appel de la CGT-Petite enfance devrait perturber vendredi 22 novembre le fonctionnement des crèches de la Ville de Paris.

« Avec l'ouverture de nouveaux établissements sans recrutement de personnel en nombre suffisant, de nouveau, les conditions de travail des personnels se dégradent », a indiqué le syndicat dans un communiqué, rappelant la dernière mobilisation du printemps 2011 pour davantage de moyens.

L'organisation, premier syndicat de la petite enfance à Paris, réclame « la création d'un poste supplémentaire par établissement, la revalorisation immédiate des primes, un meilleur déroulement de carrière ».

Quelques 450 établissements municipaux sont concernés: crèches collectives, familiales, halte-garderie, jardins d'enfant du bailleur social Paris-Habitat.

Par manque d'auxiliaires de puériculture et d'éducateurs « les ratios d'encadrement des enfants sont très limites », a déclaré à l'AFP Emmanuelle Lavandier, de la CGT Petite Enfance. « A partir de 66 enfants, il doit y avoir une adjointe et il n'y en pas toujours », selon elle.

La responsable syndicale n'a pas donné de prévision sur le suivi de l'appel à la grève, expliquant que « le personnel des crèches n'est pas tenu de se déclarer gréviste à l'avance », mais de nombreux établissements seront sans doute fermés.

 

                   Pub-20Creche-20Fina.jpg

                                                     Dans les crèches parisiennes c'est pas toujours Noël !

 

 

Lire aussi

Rythmes scolaires : Les écoles parisiennes seront en grève le 5 novembre

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 10:55

 

Délit d’entrave, indemnités grassement attribuées, réunions bloquées… il manquerait plus que la justice annule les élections


A peine un an après la mise en place de Paris-Musées, l’établissement public en charge de la gestion des musées municipaux de la capitale, le torchon brule entre la direction et les organisations syndicales. 


Alors que les élections professionnelles ont eu lieu avant l’été, les syndicats n’ont toujours aucun moyen, ni locaux pour exercer leur mandat. Pourtant Paris-Musées pourrait assumer sans difficulté cette charge car, bien qu’établissement public, celui-ci dépends totalement de la Ville de Paris, la première collectivité, et surtout la plus riche de France.


Une situation qui commence à échauffer tellement les oreilles du syndicat Force Ouvrière, sorti premier des urnes, que celui-ci menace d’aller en justice pour « délit d’entrave ».


 

            jouir-sans-entrave

                            Paris-Musées: Force Ouvrière dénonce le délit d'entrave



« Par la présente, notre organisation syndicale m’a mandaté pour vous signifier que votre attitude constitue une réelle entrave au bon exercice de nos droits syndicaux dans l’établissement dont vous êtes la Directrice. » dénonce le secrétaire général de FO dans une lettre envoyée à Delphine Levy, la directrice des musées municipaux.


« A deux reprises, lors de la tenue des Conseils d’Administration du dit Etablissement, nos délégués ont fait des déclarations publiques: depuis les élections professionnelles nous en sommes toujours à attendre que votre administration nous donne les moyens, notamment, en terme de locaux, afin d’effectuer correctement le mandat confié par nos collègues » précise le syndicat (lire ici).


La direction de Paris-Musées rétorque pour sa part être en recherche des dits locaux mais le résultat ne serait pour le moment « pas totalement satisfaisant ». Elle s’engage toutefois à trouver une solution pour le mois de mars prochain « au plus tard ». Soit neuf mois tout de même après la tenue des élections professionnelles.


Force Ouvrière ne s’en laisse pas compter car elle remarque « que vous n’avez même pas fourni de pièces écrites prouvant la réalité de vos démarches pour nous accorder des locaux syndicaux. Par contre, poursuit son secrétaire général, je dois noter votre célérité pour vous faire voter un régime indemnitaire conséquent à la hauteur de votre ambition et ce, dès la première réunion du C.A. ». Un régime indemnitaire qu’on imagine assez fluctuat !



                                                     La directrice de Paris-Musée a touché le gros lot

                  golden-boy-01-g.jpg

                              - Vous avez vu, elle a eu les six bons numéros dès le premier tirage !

                                                 


Mais les critiques ne viennent pas seulement du syndicat cher à Jean Claude Mailly, car la CGT (troisième organisation) n’est pas en reste dans les critiques faites à la directrice de Paris-Musées.


« Force est de constater que les relations sociales sont très (très) tendues écrit la CGT Culture sur son blog. « Il est vrai que la direction s’assoit carrément sur toutes les propositions des organisations syndicales visant à améliorer la santé au travail. D’ailleurs le premier Comité Technique de l'établissement public a été boycotté par la plupart des membres élus (lire ici) ».


Pour la CGT, le climat est devenu tellement détestable que « les réunions entre la direction et les organisations syndicales finissent désormais toutes en eau de boudin.»


                  

               Musee-1194-690x459.jpg

                 -  Regardez monsieur le Maire, ce tableau décrit les relations sociales dans vos musées !

                                           - Vous êtes sûre ?  Car je ne vois là que de l'eau de boudin !

             

 

Un climat si détestable d’ailleurs que la CFDT, la CFTC ou encore l’UNSA ont, à des degrés divers, exprimé elles aussi leur désaccords sur la façon dont le dialogue social était mené au sein des musées parisiens.


Enfin, dernier signe que les rapports sociaux ne sont pas à la détente, le Comité Hygiène et Sécurité du 14 novembre a été reporté, le siège de Paris-Musées étant occupé et les accès bloqués, obligeant la direction à demander l’intervention de la police. A ce rythme le quartier va finir par être classé en Zone de Sécurité Prioritaire. 


Il manquerait plus que le syndicat SUD s’en mêle lui aussi (lire ici).  Mais dans ce cas, la situation deviendrait carrément mergitur !

 

Publié également sur " Miroir Social "



 

                           Le siège de Paris-Musées bientôt classé en Zone de Sécurité Prioritaire ?

                             963619-1140787

                                                                                - A mon avis, tout ça va mal finir !


 

 

 

Lire aussi

L’audience du Tribunal d’Instance opposant le syndicat SUD à Paris-Musées n’était qu’un premier round.

Aux Catacombes, Paris-Musées est tombé sur un os !

Le syndicat Sud attaque la Mairie de Paris pour faire annuler les élections professionnelles dans les musées.

Les syndicats boycottent le premier Comité Technique de « Paris-Musées ».

Elections professionnelles : Les musées parisiens ont désigné leurs représentants

La Mairie de Paris veut contrôler son dialogue social avant les élections municipales

Les agents du musee Carnavalet se mettent grève le 5 décembre pour dénoncer « une maltraitance institutionnelle »

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 08:45

 

Le Point : Le 16 novembre 2013

Une étude belge montre que sur les dix livres les plus empruntés à la bibliothèque municipale, la totalité des ouvrages contient des traces de cocaïne.

On connaissait le « baiser contaminé », on découvre aujourd'hui la « lecture dopante ». Si le Français Richard Gasquet était parvenu à expliquer la présence dans son corps de traces de cocaïne en raison de baisers un peu trop poussés avec une belle amatrice de poudre blanche, les autres joueurs de tennis vont désormais pouvoir échapper aux contrôles antidopage en dévoilant leur passion pour les gros bouquins.

Une étude on ne peut plus sérieuse de deux chercheurs belges fondée sur l'analyse bactériologique et toxicologique des dix livres les plus empruntés à la bibliothèque d'Anvers a révélé que la totalité des ouvrages contenait des traces de cocaïne. Les dosages décelés ne vous permettraient pas, en tournant quelques pages, de danser toute la nuit sans éprouver la moindre fatigue, mais ils vous feraient sans aucun doute rater un contrôle antidopage.

 

                          Bibliothèque: Une enquêtrice de la Brigade des Stups fait une descente

               640px-LIBRARIAN AT THE CARD FILES AT SENIOR HIGH SCHOOL IN

            -  Je comprends pourquoi les bibliothécaires avaient l'air un peu speed ces derniers temps

 

« Les tests sont aujourd'hui si sensibles que les doses (de stupéfiants) contenues dans les livres contaminés pourraient être trouvées dans vos cheveux, votre sang et votre urine », expliquait à Flandersnews.be Jan Tytgat, le professeur de l'Université catholique de Louvain qui a participé à cette étude. Sur le roman préféré des mères de famille à la recherche de leur libido perdue, Cinquante nuances de Grey, les scientifiques ont également décelé des traces d'herpès. Après les livres à dévorer, voici les ouvrages à embrasser...

Alors si l'agence mondiale antidopage vous accuse de vouloir pédaler plus vite en utilisant des substances prohibées ou si votre épouse vous soupçonne d'aller batifoler à droite ou à gauche après le travail, jurez la main sur le coeur que vous allez cesser d'emprunter des livres à la bibliothèque municipale. La lecture peut en effet être incompatible avec le sport de haut niveau. Franck Ribéry semble l'avoir compris avant tout le monde...

Lire l’article du « Point »

 

                                                                 Francky goes to Hollywood ?

                                             franck-ribery

                                                                      - Oups, ça plane pour moi ....

 

 

Lire aussi

Bibliothèques : la Mairie de Paris franchit le mur du çon à grande vitesse

Pour Bertrand Delanoë, « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 08:45

 

Miroir Social : Le 8 octobre 2013

C’est mieux que les dix commandements

Travail le dimanche ? Financement des organisations syndicales ? Les syndicats sont actuellement la proie de nombreuses critiques, souvent sans nuance. Il est temps de mobiliser les apports des chercheurs, économistes et sociologues qui démontrent l’utilité des syndicats.

1. La faiblesse du taux de syndicalisation en France (8 %) reflète davantage les principes historiques des relations sociales dans notre pays qu’un soi-disant manque de représentativité. Même si les Français ont des critiques à émettre envers des syndicats, ils leurs délèguent la fonction de représenter leurs intérêts collectifs.

2. Les adhérents des grandes centrales syndicales sont largement plus nombreux que ceux des grands partis politiques, à qui on ne conteste pas leur légitimité démocratique. Quel parti politique pourrait se targuer de collecter annuellement (en dehors des contributions des élus) des montants de cotisation de ses adhérents de 15 millions d’euros (comme le fait la CFDT), 13 millions (CGT) ou 7 millions (FO) ?

3. La participation des salariés aux élections de CE–DP se situe à un niveau de 68 %, supérieur à la participation dans bien des scrutins politiques. Cela dément le fait qu’ils n’auraient pas confiance dans les syndicats, qui présentent l’essentiel des candidatures.

 

                                         Les syndicats sont plus répresentatifs que les partis politiques

     ho-cgt

                              - Ouais, fais pas le malin, au royaume des aveugles, les borgnes sont toujours rois !

 

4. Les études économiques montrent que la présence d’un syndicat dans une entreprise se traduit par une productivité du travail supérieure de 4 %, une réduction des inégalités et une diminution des discriminations (notamment celles au détriment des femmes).

5. La présence d’un CHSCT dans une entreprise multiplie par plus de deux la probabilité que les salariés reçoivent des informations et une formation sur la prévention des risques et qu’ils disposent de consignes de sécurité documentées. Le dialogue social sur la santé au travail permet d’éviter chaque année plusieurs milliers d’accidents du travail et accroît le respect de la réglementation.

6. 79 % des salariés déclarent que le comité d’entreprise participe à leur bien-être.

7. Dialogue social en panne ? Alors que dans la plupart des pays de l’Union européenne, la crise a entraîné une chute de l’activité de négociation sociale, celle-ci reste dynamique en France, où le nombre annuel d’accords signés dans les entreprises continue à progresser et s’établit à 48 000.                                            

8. Dans l’Union européenne, ce sont les pays qui accordent le plus de prérogatives aux représentants du personnel qui obtiennent les meilleurs résultats en matière de valorisation du « capital humain » (formation des salariés, santé…).

 

                                              En France le nombre d'accords reste dynamique

       sarkozy-thibault 223

                                                    -  Allez Bernard, on va boire un coup pour fêter ça !

 

9. Le facteur qui dégrade le plus la compétitivité de la France n’est pas le coût de la main d’œuvre mais la mauvaise qualité du dialogue social (137ème position sur 144), qui nous coûte 1,5 % de croissance chaque année.

10. Syndicats déconnectés de la base ? Les deux tiers des salariés pensent que les représentants du personnel traduisent bien leurs aspirations.

11. Syndicats irresponsables ? Six chefs d’entreprise sur dix considèrent que les représentants du personnel tiennent compte des possibilités économiques de l’entreprise.

12. Plus les syndicats sont présents, plus les appréciations des salariés et des chefs d’entreprise à leur égard sont positives.

 

                                   Plus les syndicats sont présents, plus ils sont appréciés

               1415585-focus

                                                 - Allez on va boire un petit coup de flotte pour fêter ça !

                                                                               

13. Le syndicalisme n’est pas une protection pour ceux qui s’y engagent. Au contraire, les délégués syndicaux subissent une perte de revenu de 10 % par rapport à leurs collègues d’ancienneté et qualification équivalente. La protection légale vis-à-vis du licenciement n’est que théorique. La peur des représailles est toujours le deuxième frein à la syndicalisation, mis en avant par les salariés.

14. Si les syndicats n’existaient pas, les tensions sociales ne disparaîtraient pas pour autant. Elles emprunteraient des formes et des canaux d’expression violents.

Si vous souhaitez disposer des faits, des chiffres et de la source des documents qui établissent ces quatorze preuves, cliquez ici : « Oui, les syndicats sont utiles ! »

Lire l’article de « Miroir Social »

                       

  251-20-Av-Opera-Seguy-Maire-Krasuki~0

                                                                      -  Et oui, les syndicats sont utiles !

 

 

Lire aussi

Libération : Aux Etats-Unis, les révoltés du burger

Créativité obligée pour les syndicats américains

Les élections prud'homales, c'est fini !

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 08:43

 

Mais la Ville de Paris fait du Audiard. Elle n’a pas été « condamnée » mais seulement soumise à « une décision » !

Depuis plusieurs mois la municipalité parisienne est régulièrement condamnée par les Prud’hommes  pour abus d’emplois précaires suite à des plaintes initiées par la CGT. Verdict de la justice : Certains contrats de travail  ont été requalifiés en CDI et les amendes tombent comme à Gravelotte. Le total doit maintenant atteindre plusieurs millions d’euros. Et ce n’est pas fini car d’autres procédures sont toujours en cours à l’initiative du syndicat (lire ici)

Mais l’exécutif parisien a beau faire le dos rond et être d’une discrétion pour le moins inhabituelle venant de sa part, voila que ces affaires judiciaires s’invitent désormais au Conseil de Paris. Et c’est au sein même de sa majorité que viennent les interrogations avec les élus écologistes qui demandent à ce qu’un bilan soit fait de l’usage des contrats aidés à la Ville.

Dans un vœu soumis au vote des Conseillers des Paris, les élus Europe Ecologie-Les Verts (EELV) demandent ainsi au Maire de Paris combien cela a-t-il couté précisément et combien de dossier sont encore en cours. Des questions il est vrai on ne peut plus fluctuat.

Le vœu ayant été adopté on devrait donc connaitre prochainement le résultat. À moins que la Ville de Paris ne fasse trainer jusqu’aux municipale de mars 2014 en comptant sur le renouvellement du Conseil de Paris pour se faire oublier ?

Une idée pas si absurde quand on sait que l’équipe de Bertrand Delanoë est on ne peut plus gênée aux entournures sur ce sujet. Pour preuve cette perle que l’on retrouve sur le vœu adopté mais néanmoins un peu remanié puisque la mairie a tenue à remplacer le terme de « condamnations » par celui de « décisions des Prud’hommes » comme on peut le lire ici. Du pur mergitur !

Pour paraphraser le slogan de campagne d’Anne Hidalgo, favorite à la succession de Bertrand Delanoë, fallait oser ! Mais comme le disait aussi Michel Audiard « c’est même à ça qu’on les reconnaît » !

Publié également sur " Miroir Social "

 

         970106-1147850

                                                      - Alors là chapeau, fallait vraiment oser !

 

 

 

Lire aussi

La Mairie de Paris se fait (encore) taper sur les doigts par le tribunal des Prud’hommes 

La Mairie de Paris condamnée aux Prud’hommes pour emploi abusif !  

Bibliothèques : la Mairie de Paris franchit le mur du çon à grande vitesse

Les syndicats dénoncent l’attitude de la directrice des musées parisiens

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 17:59

 

Les problèmes sont en cours d’analyse dans les services techniques compétents.

 

Les bibliothèques municipales sont privées d’accès à Internet sur les postes publics depuis mardi. Les usagers ne peuvent pas non plus utiliser les postes permettant d’accéder au catalogue.

 

Ce n’est pas la première fois que cet incident arrive à Paris puisque cet été la bibliothèque Faidherbe (XIe) avait même dû complètement fermer ses portes suite à une panne générale de son réseau informatique (lire ici).

 

La Mairie de Paris avait clamé en juillet 2006 devenir « Ville numérique ». C’était il y sept ans. 

 

« Les problèmes sont en cours d’analyse dans les services techniques compétents. » affirme toutefois la municipalité. « Mais il est probable que samedi, journée de grande fréquentation, la majorité des postes  soient  toujours inutilisables » concluent néanmoins avec prudence (et lucidité) les services de la Ville.

 

Les lecteurs devraient toutefois pouvoir emprunter des documents… à moins que le logiciel V.Smart qui enregistre les transactions ne tombe en carafe à son tour ce qui n’est pas à exclure.

 

 

                              

                            Panne informatique: Pour la Mairie de Paris les problèmes sont en cours d'analyse

                       Le magicien des PC

                                    -  Pour les services techniques compétents, je suis toujours là vous savez!

 

 

 

 

Lire aussi

ActuaLitté : Pannes réseaux en bibliothèques : la Mairie de Paris promet des améliorations...

Bibliothèques : la Mairie de Paris franchit le mur du çon à grande vitesse

Pour Bertrand Delanoë, « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

La Bibliothèque Faidherbe (IXe) fermée pour cause de panne informatique.

Évitez de sniffer ou d'embrasser les livres de votre bibliothèque !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 08:55

 

Le Parisien : Le 21 octobre 2013

Une étude révèle que les transports sont une source de stress pour près de deux salariés sur trois en Ile-de-France.

Prendre le RER, le métro ou le tram pour aller bosser, quelle galère ! D’après une étude du cabinet Technologia, spécialiste des risques liés au travail, 63% des actifs franciliens qui passent une heure et demie par jour dans les transports en commun les considèrent comme une source de fatigue, d’usure, voire d’altération de la santé. Il fait trop chaud, on voyage souvent debout, pendant un temps de trajet trop long, au cours duquel on a parfois affaire à des passagers agressifs. Ce sont les principales causes de fatigue pointées par les personnes interrogées dans le cadre de l’étude.

Rien d’étonnant pour le patron de Technologia, Jean-Claude Delgènes, qui estime que « les salariés franciliens paient le sous-investissement pendant vingt ans sur le réseau de transports franciliens ». S’il constate qu’aujourd’hui de l’argent a été mis sur la table — en attendant le supermétro du Grand Paris à l’horizon 2030 —, il estime que ces « investissements n’ont pas encore été générateurs d’améliorations ».
 

                             

                           Transport: Une source de stress pour deux franciliens sur trois

               giscard

                          -  Enfin, quelqu'un a réussi à rassembler deux français sur trois !

 

Toutefois, Jean-Claude Delgènes pointe aussi du doigt les entreprises : « On ne peut pas résoudre les difficultés rencontrées par les salariés uniquement en faisant des travaux sur les réseaux. Il y a encore trop de patrons qui pensent que leurs salariés vivent à la porte de leur entreprise. La France a trop de retard sur le télétravail. Le covoiturage est sous-développé », dénonce-t-il. Il préconise le développement « des entreprises en réseaux, de bourse d’échanges d’emploi, l’embauche de conseillers en mobilité dans les entreprises ».

S’il est vrai que les entreprises paient déjà un lourd tribut pour les transports en commun (3,4 Mds€ versés en 2013 au Stif, le Syndicat des transports d’Ile-de-France), Jean-Claude Delgènes pense qu’investir davantage permettrait à terme aux entreprises de faire des économies… en arrêts maladie. « Il n’y a malheureusement pas d’études sur le sujet, mais il faudrait s’intéresser aux corrélations entre certaines pathologies, comme l’hypertension, les accidents vasculaires cérébraux et les transports en commun.»
  

De son côté, la patronne du Transilien plaide pour « l’effet papillon » : « Il suffirait qu’une minorité de salariés puisse travailler en horaires légèrement décalés pour améliorer l’ensemble du réseau », assure Bénédicte Tilloy. En contrepartie, les entreprises qui joueraient le jeu pourraient bénéficier d’un rabais sur la fameuse taxe transport qu’elles versent au Stif. Mais à l’heure où celui-ci se voit contraint de majorer les prix des tickets de transport de 3% jusqu’en 2025, cette piste de travail reste plus que jamais virtuelle…

 

Lire l’article du « Parisien » 

 

                                      Elle court, elle court la banlieue

 

 

Lire aussi

Les surprises de la nouvelle horloge scolaire (notamment à Paris)

Pour Bertrand Delanoë, « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Santé au travail: C'est HS !
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:12

 

ActuaLitté : Le 5 novembre 2013


Mais pour cela, NKM va-t-elle embaucher ?


Quelques mois après sa rivale Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet dévoile à son tour son programme pour la capitale, en vue des municipales de mars 2014. Du côté de la culture, NKM propose un jour de gratuité des musées pour les Parisiens, contre une extension des horaires. Même discours pour les bibliothèques, dont NKM déplore les réductions d'horaires.


Le moins que l'on puisse écrire, c'est que la candidate UMP doit redoubler d'efforts pour convaincre les Parisiens d'adhérer à son programme pour la capitale, face à la dauphine de Delanoë, Anne Hidalgo. D'abord, parce que les sondages ne sont pas spécialement positifs : dans le XIVe arrondissement, où NKM figure en tête de liste UMP, la candidate serait battue par son adversaire du PS Carine Petit, pourtant moins connue de la population, d'après un sondage de Libération

 

 

                                        NKM propose d'élargir les horaires des bibliothèques parisiennes

          1638135 7 369b en-semaine-elle-vit-dans-le-7e 83f6aa979cda3

                                            -  C'est vrai quoi, on trouve plus rien après 22 h dans cette ville !

                  


Mais si NKM n'est pas favorite, reste que pour la lecture publique la Mairie de Paris se trouve de plus en plus régulièrement en porte à faux avec les établissements de prêt. D'ailleurs le programme d'Anne Hidalgo n'évoquait même pas le réseau des bibliothèques (elle a sortie depuis la proposition d'ouvrir les bibliothèques le dimanche sans toutefois dire comment).

 

De son côté, NKM leur réserve un paragraphe en fin de document:   « Concernant les bibliothèques, la tendance actuelle est à la réduction des horaires : au contraire, une culture de proximité doit s'appuyer sur les bibliothèques et les passeurs de culture que sont les bibliothécaires. Il faut donc non seulement les conforter, mais également étendre les horaires d'ouverture des bibliothèques, en semaine et le week-end afin de rendre la culture plus accessible aux Parisiens. »

   

Reste à savoir si « les conforter » signifie un renforcement des effectifs en bibliothèques, ou bien une simple perspective de productivité améliorée. 

 

Une question qui taraude la CGT Culture, puisque le syndicat n’hésite pas à pointer que sur les bibliothèques, les deux candidates à la mairie de Paris ont l’air de s’engager dans « une course à l’échalote » qui les amènent « à dire n’importe quoi » (lire ici)


Lire l’article de « ActuaLitté » 

 

 

 

                                  Bibliothèques parisiennes: qui va gagner la course à l'échalote ?

               01.04-nkm-hidalgo-930620 scalewidth 630

                                 -  Je crois ma chère Anne qu'on va les étonner par notre démagogie !

 

                                             

                                                          

 

Lire aussi

Pour Bertrand Delanoë, « travailler en bibliothèque, c’est pas la mine » !

Révision (à la baisse ?) des effectifs pour les bibliothèques parisiennes

Les bibliothèques parisiennes victimes du naming !

Le site « ActuaLitté » décrypte le programme culturel de la candidate socialiste à la Mairie de Paris

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article

Pages