Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 09:31

 

Anne Le Strat, la présidente du Comité Hygiène et Sécurité des égouts parisiens, atteinte du syndrome de Michel Audiard.

Décidément la polémique sur la fin de l’obligation de vaccination des égoutiers contre leptospirose, appelée aussi « Maladie du rat » n’en finit pas de rebondir.

Après une menace de grève des égoutiers parisiens, l’affaire était même remontée jusqu’à l’Elysée, le sujet de leptospirose se retrouvait à l’ordre du jour du Comité Hygiène et Sécurité (CHS) de la direction en charge des égouts municipaux parisiens présidé par Anne Le Strat, adjointe au maire, chargée entre autres de l’assainissement. Un CHS qui s’est plutôt mal passé si l’on en croit la CGT des égoutiers.

« Lors d’échanges avec votre représentante, alors que nous argumentions sur l’absolue nécessité de vacciner les égoutiers, car dans le cas contraire leur vie en dépendrait, nous nous sommes vus insultés, il n’y a pas d’autre mot, par Mme Anne Le Strat » écrit la CGT dans une lettre ouverte à Bertrand Delanoë, le Maire de Paris.

Il faut dire qu’à l’occasion de cette réunion, l’adjointe au Maire, droite dans ses bottes d’égoutier, s’est fendue d’une saillie digne de Michel Audiard lorsque les représentants du personnel lui demandèrent de maintenir la vaccination obligatoire avant de descendre dans les entrailles de la Capitale.

« Vous prenez vraiment les gens pour des cons » rétorqua en effet la présidente à une assistance médusée. Sentant venir la boulette, Anne Le Strat demanda que son cri du cœur ne soit pas inscrit au PV officiel de la séance. Il est vrai que si l’on en croit le syndicat « certains représentants de l’administration se sont même sentis mal à l’aise vue l’expression de leur visage une fois cette phrase prononcée.»

 

                                                         Anne Le Strat sort les griffes en plein CHS      

                   2495167-3509979

                                                              " Non mais, vous me prenez pour qui ? " 

 

De son côté, la CGT, a qui on ne fait pas pendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, exigea que « cette remarque insultante et diffamante soit inscrite au PV du C.H.S. » ce qui fut fait semble-t-il.

Cet épisode n’est, semble-t-il, pas une première, car selon les syndicats Mme Le Strat serait souvent « péremptoire, cassante et autoritaireJusqu’à présent nous nous étions cantonnés à passer outre les attitudes monarchiques et absolues de Mme Le Strat. Mais cette fois nous ne pouvons accepter cette provocation injurieuse à notre égard. »

Outre le langage fleuri que semble apprécier l’élue, c’est sur le fond que la CGT voulait surtout interpeller le maire de Paris : « Mme Le Strat ne doit pas vraiment maitriser ce dossier qui aura pour conséquence de faire réapparaitre la leptospirose au sein du corps des égoutiers

Quand au reste, la CGT demande à Bertrand Delanoë de bien vouloir rappeler à son adjointe « que les règles les plus élémentaires de politesse et de correction doivent s’appliquer aux représentants du personnel que nous sommes. » 

Pour faire avancer la cause de la politesse auprès de son adjointe, le Maire de Paris devra donc être obligé de faire appel comme expert qualifié au prochain CHS de le Direction de l’Assainissement à Nadine de Rothschild, pas moins.

 

Publié également sur " Miroir Social "




                                             Anne Le Strat, héritière de Michel Audiard ?

                          51OVgkCmgPL.jpg

       -  Mmm, les règles élémentaires de politesse ne doivent-elle pas s’appliquer ?     

                                        -  Ah si, et de correction aussi !            

 

 

Lire aussi

Santé: Les égoutiers de Paris à la merci de la leptospirose

Paris : Les égoutiers ne seront plus obligés de se faire vacciner.

La Mairie de Paris veut supprimer la vaccination obligatoire pour les égoutiers !

Santé au travail : Une drôle de mélodie en sous-sol à la Ville de Paris !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 08:42

 

Enfin, si le logiciel municipal de gestion de paye le permet !


"Cette mesure est injuste, inutile et inefficace. Elle est humiliante pour les agents. Le gouvernement proposera de l'abroger par la prochaine loi de Finances" avait déclaré en début d’année la ministre de la fonction publique, Marylise Lebranchu pour justifier la fin de la journée de carence pour les fonctionnaires en cas d'arrêt maladie. Cette mesure qui ne se traduira toutefois qu’en 2014 était surtout venue compenser le fait qu’il n’y aurait pas en 2013 d’augmentation du point d’indice, gelé, de façon inédite, depuis 2010


C’est donc avec une certaine surprise que les syndicats de la Ville de Paris ont appris que l’équipe dirigée par Bertrand Delanoë allait, pour une fois, devancer le Gouvernement en ayant fait voter en avril par le Conseil de Paris la suppression du jour de carence pour les personnels municipaux.


Toutefois en regardant les considérants de ce vote on y trouve des argumentaires plutôt croquignolets. Ainsi, la municipalité s’appuie pour justifier la suppression de ce jour de carence sur le fait qu’elle l’a mis en place…après le gouvernement. Véridique ! Il est en effet écrit texto dans la délibération municipale « qu’elle n’a mise en place cette mesure applicable au 1er janvier 2012, qu’en septembre 2012 ».  Une tentative de justification assez fluctuat, non ?

 

Mieux, elle rajoute comme autre argumentaire pour justifier la suppression du jour de carence « l’attention que la collectivité porte aux conditions d’emploi de ses agents » ce qui ne l’a pas empêché de leur retirer un jour de paye dès le premier jour d’arrêt maladie.

 

Mais alors pourquoi faut-il attendre septembre pour mettre en place ce vote des élus parisiens qui date du mois d’avril ? Alors là, la Mairie sort sa botte de Nevers en justifiant « les délais incompressibles pour remodifier le système d’information de paye ». Cinq mois pour modifier un logiciel de paye ?  Du pur mergitur  ! A croire que les informaticiens de la Ville de Paris sont tous tombés malades !  Espérons pour eux qu'on ne leur retira pas le jour de carence. En tout cas, c'est toujours ça de gagné pour la Municipalité.


Ce qui est certain, c’est que dans cette affaire la Mairie de Paris n’a jamais été très claire, c'est le moins qu'on puisse dire. Si elle a appliqué avec retard la suppression de la journée de carence c’était pour ne pas avoir à appliquer une mesure.... du Gouvernement Sarkosy, mesure  qu’elle s’est pourtant empressée de mettre en œuvre une fois le nouveau gouvernement élu. Comprenne qui pourra.


Il aura donc fallu l’initiative d’une ministre pour que l’équipe de Bertrand Delanoë puisse retrouver «  toute l’attention que la collectivité porte aux conditions d’emploi de ses agents ». Bref niveau politique sociale, à Paris c’est toujours la carence.

 

Publié également sur " Miroir Social "


 

                                 Social:  La Mairie de Paris se cache toujours derrière le Gouvernement

                  6093146061_34f67db053_z.jpg

                                             " Quand même Anne,  le coup du logiciel, chapeau ! "

 

 

Lire aussi

Arrêt maladie : Vers l’abrogation du jour de carence pour les fonctionnaires

Jour de carence: Il fallait bien que le gouvernement lâche quelque chose !

Assurance Maladie: Des cartes Vitales....Dévitalisées !

 

 

 

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 16:19

 

Les héritiers de François Mitterrand sont décidément sans pitié pour l’oeuvre laissé par Tonton


Après les orages de ces derniers jours, de fortes turbulences sociales ont secoué ce vendredi la Bibliothèque Nationale de France- François Mitterrand (BnF) dans le XIIIe arrondissement de Paris. A tel point que la communication de document en rez-de-jardin à été annulée faute de personnels suffisant.


C’est la conséquence de la grève lancée par l’intersyndicale - CGT, FSU et Sud - afin de dénoncer la réduction des budgets et des effectifs, ainsi « que les graves conséquences que cela entrainerait selon eux sur le fonctionnement de la bibliothèque ». Elle en appelle d’ailleurs aux usagers en lançant une pétition « pour refuser  cette politique désastreuse soumise au seul argument budgétaire »


Il faut dire qu’il y a de quoi s’alarmer, car les syndicats pointent « une diminution historique du budget de la culture » qui se traduit par une baisse de subvention de plus de cinq millions d’euros pour l’année 2013, plus un surgel de crédits. « Un niveau à la baisse jamais atteint » remarquent les personnels.


D’autant qu’à cela, il faut ajouter les onze millions d’économies qui doivent être trouvé pour les trois prochaines années, ordre du ministère de tutelle dirigé par Aurélie Filippetti. Conséquence, « les suppressions de postes se poursuivent, remplacé partiellement par des contrats précaires de courte durée » dénonce l’intersyndicale !


Pour pallier à cette rigueur budgétaire la direction de la BnF est priée de se montrer inventive. Ses premières trouvailles ont été de réduire les horaires d’accès de certaines salles, voire mieux, de supprimer le vestiaire du hall Ouest, pour le remplacer par des consignes automatiques. Comme dans un paquebot ivre ?

 


                                                         La BnF-François Mitterrand, un paquebot ivre

                                 titanic-white-star-line-poster-gary-perron.jpg

                                              Il y a même des consignes automatiques !

 

 

Toutefois cela ne semble pas suffire à rassurer Bercy, car le président de la BnF, Bruno Racine, doit trouver pour son troisième mandat d’autres sources de revenus. La direction a commencé son office en cédant des espaces supplémentaires à la société MK2. « Une redevance ridiculement faible eu égard au sacrifice consenti » précisent néanmoins les syndicats.


Mieux la BnF en est arrivé à supprimer habilement l’accès aux œuvres tombées dans le domaine public mais dont l’accès dans sa forme numérisé…. sera de nouveaux payant ! Ingénieux, n'est ce pas ? En tout cas une astuce « qui permettra à ces sociétés privées de dégager des bénéfices avec la commercialisation de collections publiques. » d’après les personnels.


Enfin comme si cela ne suffisait pas, l’institution en est réduite à vendre les bijoux de famille avec la cession de l’immeuble Louvois, site du département musique, faute de budgets suffisants pour sa réhabilitation. Vu que celui-ci est situé au cœur de Paris, dans le IIe arrondissement, une bonne opération immobilière est sans doute à prévoir dans la colonne des recettes.


Alors la BnF symbole d’un état en crise, où parmi d’autre, les mesures d’austérité touchent durement le secteur culturel ? Les héritiers de François Mitterrand sont décidément sans pitié pour l’oeuvre laissé par Tonton.

 

Publié également sur "Miroir Social "

 

 

                                                  Culture: Les héritiers de François Mitterrand lui tourne le dos

               602149_10200653829740514_1893132129_n.jpg

                                                               " A mon avis, ils vont droit dans le mur ! "

 

 

Lire aussi

BnF : 2013 sera « l’année du commencement de la fin » !

BNF : Une commission d’enquête contestée par les syndicats !

BNF : des relations conflictuelles entre le personnel et la direction.

Licenciement abusif : La BnF désavouée par le Tribunal Administratif !

François Hollande rend visite à une BnF en plein chantier !

Livre Hebdo : La BnF perturbée par un mouvement social

 

                                         

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 16:13

 

 

France-3 Rhône-Alpes : Le 20 juin 2013

 

Les bibliothécaires réclament des moyens humains et un outil informatique performant

 

Ce jeudi matin, 20 juin, les lyonnais ont trouvé les portes de la grande bibliothèque Part-Dieu (Lyon 3e) closes.

 

L'accueil dans les quinze bibliothèques de la ville risque d'être perturbé aujourd'hui. En cause: une grève des personnels des bibliothèques de Lyon à l'appel des syndicats SUD et CGT.

 

Des personnels qui affirment ne plus avoir « les moyens d'assurer leurs missions auprès du public dans de bonnes conditions ». Les bibliothécaires réclament notamment des moyens humains (remplacement des départs en retraite et créations de postes supplémentaires), ainsi qu'un outil informatique performant. 

 

Autre motif de mécontentement, le conseil municipal a voté l’installation d’automates de prêt et de retour dans toutes les bibliothèques de Lyon, y compris celle de la Part-Dieu.

 

Voir ici le reportage de France 3 Rhône-Alpes


 

                                                                           Gérard Collomb, Maire de Lyon

              c3bfe8c46fb20589df0433fd6200292d_h.jpg                 

 

 

 

 

 

Lire aussi

Vers une automatisation des bibliothèques de Lyon

Grève à la bibliothèque de Mériadeck à Bordeaux

L'avenir incertain des bibliothèques parisiennes

Rennes : La majorité des bibliothèques touchée par le mouvement de grève !

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans BM nec mergitur
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 09:41

   

Et sont inquiets des menaces qui pèsent sur la bibliothèque Louvre !

Les habitants du quartier des Halles dans le centre de Paris aimeraient bien savoir quand et comment ils retrouveront leur bibliothèque.

Réunis au sein de l’Association Accomplir, ils avaient écrit au mois de novembre de l’année dernière à Anne Hidalgo pour connaitre les contours du futur projet (dit "canopée") qui sera installé dans un Forum rénové à grand frais. Anne Hidalgo, probablement très occupée par sa candidature à la Mairie de Paris n’a semble-t-il pas daigné répondre.

Dans leur lettre, les riverains s’inquiétaient notamment de la place réservée aux enfants dans ce nouveau concept de bibliothèque, dédié à une hypothétique Génération Y, avec la mise en place, entre autre, de « collections d’actualité ». Malgré l’absence de réponse municipale, les futurs usagers ne désarment pas.

Dans leur dernière livraison, l’association réclame toujours « de la concertation ». Elle aimerait rencontrer Bruno Julliard, l’adjoint chargé de la Culture (qui sera peut être plus disponible qu’Anne hidalgo), notamment  pour réaffirmer leur volonté « de retrouver au minimum le même volume de livres pour les enfants que dans l’ancienne bibliothèque La Fontaine » (détruite justement pour permettre la construction de la fameuse canopée, cet ouvrage très controversé).


                             Anne Hidalgo était trop occupée pour répondre aux riverains

                       311199 10151129857239597 1352739139 n

                                                 " J'attendais de poser la première pierre de la Canopée ! "

 

Car en plus du type de collections proposées, les riverains s’inquiètent de savoir si les enfants auront droit à « un environnement approprié, un havre de paix loin du bruit et de l’agitation ». Une demande non dénuée de sens puisque la Mairie de Paris aurait la brillante idée de faire cohabiter des espaces froids et espaces chauds. « Ce qui peut faire craindre qu’il y ai du bruit partout » relève avec acuité l’association qui pour bien enfoncer les boules-quiés auprès de la municipalité rappelle « que même les cyber-cafés sont des lieux relativement tranquilles ». Une comparaison on ne peut plus fluctuat ! 

Autre source d’inquiétude des habitants : les rumeurs persistantes de fermeture de la bibliothèque Louvre située dans la mairie du Ier arrondissement. Rumeurs non dénuées de fondement si l’on en croit l’administration qui a fait la boulette d’envoyer il y a quelques semaines à tous les bibliothécaires parisiens un mail qui ne leur était pas destiné. Celui-ci révelait que « La fermeture de Louvre, après l’ouverture de la Canopée, n’a pas été actée mais reste probable. Il ne faut pas trop insister sur le projet d’établissement et indiquer que le poste de responsable est susceptible d’être transféré à la Canopée. »  Du pur mergitur !

Pas étonnant donc que l’association souhaite désormais « interroger au plus vite Bruno Julliard sur ces questions ». On devrait donc bientôt en savoir plus.

 

                          Bruno Julliard répondra-t-il aux questions de l'association Accomplir ?

                 14.02-Bruno-Julliard-930620

                                     " Faudrait pas qu'elles me restent en travers de la gorge "

 

 

 

Lire aussi

Paris : Vers la fin de la bibliothèque pour tous ?

Paris : La librairie de la Maison d’Europe et d’Orient va-t-elle mettre la clé sous la porte ?


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Culture nec mergitur
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 13:07

 

Le Parisien : Le 13 juin 2013

 

Pour les syndicats, c’est même « une grève historique » !

 

La grève, déclenchée à l’appel de sept syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FO, Supap, UCP et Unsa), a été largement suivie hier dans les dix huit conservatoires parisiens. Les syndicats parlent même d’« une grève historique ».

 

L’intersyndicale réclame la création d’Une vingtaine de postes pour faire face au surcroit de travail qui résultera de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée. Bruno Julliard, adjoint (PS) à la culture, propose pour sa part l’ouverture de sept postes.

 

D’après la CGT, sept conservatoires sont restés fermés hier, dans les VIIIe, XIe, XIIe, XIVe, XVIe, XVIIe, et XIXe arrondissements.

 

Dans le VIIe, le taux de grévistes chez les administratifs à atteint 50%. Dans le IXe, l’ensemble des personnels administratifs et enseignants ont fait grève pendant une heure. Dans le XIIIe, c’est 57% des administratifs qui ont répondus à l’appel des syndicats.

 

Lire l’article du « Parisien »

 

 

                Contigo-64-Bertrand-DelanoeFrans-KrajcbergMarta-Suplicy-e-B

                                 -   " Bruno, c'est toute la liste des conservatoires fermés ?

                                       -    " Oui, monsieur le Maire, c'est historique ! "

 

 

 

 

Lire aussi

Grève dans les conservatoires municipaux parisiens


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 15:55

 

Le Parisien : Le 12 juin 2013

 

Les syndicats réclament à la mairie la création d’une vingtaine de postes supplémentaires pour faire face à la réforme des rythmes scolaires.

 

Le fonctionnement des conservatoires municipaux pourrait être perturbé aujourd’hui en raison d’un appel à la grève lancé par l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGT, FO, Supap, UCP et Unsa.

 

Ces organisations réclament à la mairie la création d’une vingtaine de postes supplémentaires « pour un fonctionnement normal des établissement ».

 

Les syndicats estiment que le retour, à la rentrée prochaine, de la semaine de quatre jours et demi sera « lourd de conséquences sur le fonctionnement des conservatoires parisiens »

 

Lire l’article du « Parisien »


 

                                                     Social: Coup de froid sur les conservatoires parisiens

               522100_le-maire-de-paris-bertrand-delanoe-dans-les-rues-de-.jpg

                                    " Si les conservatoires s'y mettent  aussi, faut que je sorte la doudoune ! "

 

 

 

 

Lire aussi

Paris : Grève très suivie dans les conservatoires municipaux

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 09:23

 

Force ouvrière arrive en tête, suivi de l’Unsa et de la CGT. Le syndicat des cadres est éliminé !

 

C’était une première à la Ville de Paris. Les agents des musées municipaux transférés depuis le début d’année dans le cadre d’un établissement public, « Paris-Musées » étaient appelés aux urnes pour désigner leurs représentants au Comité technique (l’équivalent du comité d’entreprise) et au Conseil d’ Administration selon des règles électorales qui seront étendues au reste de la collectivité parisienne fin 2014.

 

Les élections s’organisaient autour d’un scrutin par liste à la proportionnelle à un tour pour élire les six membres du Comité Technique. En parallèle, une seconde élection avait lieu pour désigner les trois membres représentant les personnels au Conseil d’Administration, au scrutin majoritaire uninominal cette fois, un par collège catégoriel (A, B et C). Une instance présidée par Anne Hidalgo, la première adjointe de Bertrand Delanoë.

 

Sept syndicats étaient en compétition pour six sièges à pourvoir: la CFDT, la CFTC, la CGT, FO, Le Supap, L’Unsa et l’UCP. De fait, un syndicat devait disparaître à l’issu des votes. Restait à savoir lequel.

 

Première constat: Un taux de participation de près de 70%. Un score nettement supérieur à la moyenne des élections professionnelles, y compris à la Ville de Paris.

 

Deuxième constat: Aucun syndicat ne dominant vraiment les autres, les six sièges du Comité Technique sont attribués à six syndicats différents (FO, Unsa, CGT, Supap, CFDT et CFTC). Au Conseil d’administration, FO, la CFDT et la CFTC décroche chacun un siège (voir les réultats complets).

 

Néanmoins, c’est Force ouvrière qui arrive en tête avec 23% des suffrages. Il décroche également, on l'a vu, le siège du Conseil d’Administration dévolu aux catégories C. L’Unsa (16%) et la CGT (15%) complètent le podium.

 

Ce trio de tête est une surprise car jusqu’alors les principaux syndicats à la Direction des Affaires Culturelles (direction qui abritait auparavant les musées parisiens) étaient le Supap et la CFDT qui se trouvent désormais relégués en milieu de peloton.


 

                                             Paris-Musées: La compétition a reservé des surprises !

                 D2-Emil-Z_topek_255739a.jpg

                                     FO suivi de près par l'Unsa et la CGT. Le Supap chute !


 

La CFDT se classe en effet cinquième avec 13% des voix mais peut tout de même afficher sa satisfaction en décrochant un siège au Conseil d’Administration pour le compte des catégories A.

 

Pour le Supap en revanche, c’est plutôt un échec. Lui qui avait pour ambition de finir en tête, ne décroche que la quatrième place (13% également), mais surtout ne sera pas présent au Conseil d’Administration, autre objectif affiché. Mergitur

 

La CFTC, comme au niveau national, échappe au couperet en finissant sixième. Avec 12 %, elle décroche le dernier siège à pourvoir, évitant ainsi la relégation de justesse. Mieux, elle réussit l’exploit de décrocher le siège pour le collège de la catégorie B, au Conseil d'Aministration. C'est finalement un succès des plus fluctuat si on y regarde de plus près.

 

L’UCP, bonne dernière avec 7% des voix, est elle éliminée. L’Union des Cadres Parisiens ne pourra donc pas être déclaré représentative auprès des personnels de « Paris-Musées ».

 

Dernière particularité de ce scrutin : Les heureux élus ne bénéficierons que d’un mandat de ….Dix huit mois: En effet, fin 2014, rebelote, car toutes les fonctions publiques sont appelées aux urnes et les musées parisiens seront encore de la partie.  Retrouvera-t-on les mêmes organisations sur la ligne de départ ?

 

Lire aussi sur " Miroir Social "



                                         Paris-Musées: En 2014 les syndicats reprendront de nouveaux le départ

                   jo_1896.jpg

                                                     " Hep, attention, pas de faux départ, hein ? "

 

 

 

Lire aussi

Voici la « nouvelle liste » des syndicats représentatifs

La CGT et la CFDT enterrent la hache de guerre !

Le Parisien : Risque de grève dans les musées de la Ville de Paris

Anne hidalgo nommée présidente des musées parisiens !


Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 09:47

 

 

Le Figaro : Le 14 janvier 2013

Alors que s'ouvrent de grandes médiathèques, les petites structures peinent à se maintenir à Paris.

« En raison de problèmes d'effectifs, et en l'attente, la bibliothèque est actuellement fermée au public. Pendant la fermeture, vous pourrez rendre les documents que vous aviez empruntés à la bibliothèque Baudoyer, située à la mairie du IVe.» Voilà ce que les habitants de l'île Saint-Louis pouvaient lire encore ce lundi sur une affichette accrochée sur la porte de la petite bibliothèque jeunesse située au 21, rue Saint-Louis-en-l'Ile. L'établissement de 112 m2 avait dû fermer ses portes pendant toutes les vacances scolaires de Noël, faute de personnel disponible. Il n'a pas rouvert depuis.

 

                                                   La bibliothèque Saint-Louis rouvrira-t-elle un jour ?

               bureau bibliothecaires

                                                             "  En attendant, nous on bougeras pas .... ! "

 

« La bibliothèque, déjà sous tutelle de la responsable de la bibliothèque Baudoyer, ne fonctionnait qu'avec des vacataires et un seul titulaire », explique-t-on à la CGT, inquiets du devenir des plus petits établissements. D'autant plus que Baudoyer, établissement généraliste trois fois plus fréquenté que celui de l'île Saint-Louis, vient également de subir trois départs, non remplacés. De quoi s'interroger sur le devenir de la petite bibliothèque jeunesse.

Du côté de la Ville, on explique que l'établissement est très peu fréquenté, qu'il ne reçoit que 14 personnes en moyenne par jour (accueil de classes inclus) et qu'il est l'avant-dernier en termes de nombre de prêts sur tout le réseau lecture public parisien. L'exiguïté des locaux, qui nécessiteraient quelques travaux, et le peu d'activité de conseil expliqueraient le manque de candidats au sein des agents titulaires. Les précédents ayant préféré être affectés dans d'autres établissements.

 

                                 Un manque de candidat à la bibliothèque Isle Saint Louis ?

                    640px-LIBRARIAN AT THE CARD FILES AT SENIOR HIGH SCHOOL IN

                                                  " Oui, rester dans ces conditions ça pouvait plus durer ! "

 

« Si la bibliothèque n'est pas assez attractive, il faudrait peut-être réfléchir à créer un fonds particulier à même d'attirer davantage de Parisiens, suggère un membre de la CFDT. Le réseau des bibliothécaires de la Ville a sûrement des idées en la matière, mais bien sûr cela demande des budgets.» Principalement consacrés, selon les syndicats, aux établissements visibles tels que la médiathèque Marguerite-Yourcenar ou les futures médiathèques.

Trois verront en effet le jour d'ici à 2014: Saint-Lazare (Xe), porte Montmartre (XVIIIe) et Vaclav-Havel à Pajol (XVIIIe). Autant d'ouvertures qui pourraient menacer le maintien des petites structures de quartier, comme Château-d'Eau et Lancry, deux bibliothèques du Xe arrondissement, voire celles de Flandres et Benjamin-Rabier, situées à proximité de la future médiathèque Pajol.

« Le même effort est porté aux petits, moyens et grands établissements, affirme-t-on à la Mairie de Paris, qui compte, à l'heure actuelle, 58 bibliothèques municipales de prêt, dont 21 de moins de 500 m2. Depuis 2001, 7 nouvelles bibliothèques ont été ouvertes, 35 ont été rénovées et 16 ont bénéficié de travaux d'accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Au total, entre 2002 et 2014, la Ville aura investi 116 millions d'euros dans la construction de nouveaux équipements ou la rénovation, telle celle d'une des plus petites bibliothèques du réseau: Mortier, dans le XXe.»


                            Un projet de bibliothèque de proximité selon la Mairie de Paris

                             boing vend1

                                               " Quel progrès, ça marche même sans RFID ! "

 

Une politique qui a facilité l'accès des Parisiens à la lecture si l'on en croit l'augmentation de 15 % des prêts ces cinq dernières années. En 2012, quelque 13,8 millions d'ouvrages, CD ou magazines ont été empruntés. Quant aux effectifs, ils ont augmenté de 12,6 % sur la seule période 2008-2010 selon la municipalité.

Quant à la bibliothèque Baudoyer, la seule actuellement ouverte dans le IVe arrondissement, elle sera rénovée et modernisée cet été. Sur proposition de Christophe Girard, maire du IVe, elle pourrait changer de nom et adopter celui d'Arthur Rimbaud. À moins que, selon les vœux de Bertrand Delanoë en début d'année, un nom de femme illustre soit proposé afin d'appliquer aussi la parité dans le baptême des rues, places et établissements publics.

Lire l’article du « Figaro » 

 

                                                 Les bibliothècaires parisiens sont déboussolés !

                                         6a00e55378e889883401156fb5b1fd970c-800wi

                        - " T'as vu, la bibliothèque Baudouer va aussi changer de nom ? "

                                            - " T'es bête, embrasse moi ! "

 

Lire aussi

Le Parisien : A Paris, l’avenir des bibliothèques de quartier en question ! 

Bibliothèque du futur : L’inquiétude des futurs usagers ! 

Paris : Ces bibliothèques contraintes de réduire leurs horaires faute de personnel.  

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Revue de presse
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 17:05

 

Le Monde-Question(s) Sociale(s) : le 1er juin 2013  

Meet the new boss, same as old boss*, car c’est la même liste que l’arrêté de 1966  

Le Journal officiel du samedi 1er juin a publié un arrêté du ministre du travail, Michel Sapin, daté du 30 mai, fixant la liste des organisations syndicales reconnues représentatives au niveau national interprofessionnel.

Depuis la réforme de la loi du 20 août 2008 sur la représentativité syndicale, ceux-ci devaient satisfaire à sept critères pour être reconnus représentatifs, le plus déterminant étant celui de l'audience résultant des élections professionnelles. Pour être représentatif au niveau national interprofessionnel et avoir la capacité de signer des accords collectifs, un syndicat devait recueillir au moins 8% des suffrages exprimés.

La liste validée le 30 mai tient donc compte de la mesure de représentativité établie par le Haut Conseil du dialogue social le 29 mars et sur la vérification des autres critères de représentativité (indépendance, transparence financière, implantation territoriale, etc.). Les cinq organisations représentatives sont la CGT, la CFDT, Force ouvrière, la CFE-CGC et la CFTC qui, contrairement à la plupart des pronostics, avait réussi à sauver sa place.

 

                                                             Syndicats: C'est la même liste qu'en 1966

                     article SGE ELI74 110307192613 photo01 photo default-512x36

                                                                        " Ben, ça ne nous rajeunis pas ! "

 

Cet arrêté se substitue à celui du 31 mars 1966, signé par le ministre des affaires sociales de l'époque, Jean-Marcel Jeanneney,  qui avait arrêté la même liste, tout en précisant, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, que la CGC n'était représentative qu'"en ce qui concerne la catégorie professionnelle des cadres". Un arrêté qui est resté gravé dans le marbre pendant quarante-sept ans sans que les syndicats n'aient à faire la preuve de leur représentativité... La liste du 30 mai définit la représentativité pour un cycle de quatre ans, jusqu'en 2017.

L'arrêté de Michel sapin, précise dans son article 2 le "poids des organisations syndicales représentatives" pour la négociation des accords collectifs, sachant que désormais pour qu'un accord soit validé il doit avoir les signatures de syndicats ayant recueilli au moins 30 % des voix, les non signataires ne pouvant faire jouer leur droit d'opposition qu'en réunissant au moins 50 % des voix. Le poids de la CGT est de 30,63 %, suivie de près par la  CFDT (29,71 %) puis par FO (18,28 %), la CFE-CGC (10,76 %) et la CFTC (10,62 %).

A noter que, par rapport aux chiffres du 29 mars, la CGT et FO ont gagné quelques décimales alors que les autres en ont perdues... Mais le bloc réformiste conserve, avec 51,09 %, une majorité qui lui donne les coudées franches. A condition de s'entendre.

* Célèbre formule tirée d’une chanson des Who, Won’t get fooled again, qui veut dire en gros « c’est pareil qu’avant ».

Lire l'article de " Question(s) Sociales(s) "   

 

   lepaon-berger-moschetti  

                                                             - " Meet the new boss ? " 

                                                                            - " Heu, same as a old boss ! "

 

 

Lire aussi

La CGT et la CFDT enterrent la hache de guerre !

La CGT en tête chez les personnels du Parti Socialiste et du Parti Communiste !

Les prochaines élections professionnelles dans la fonction publique auront lieu en 2014

Elections professionelles : Les musées parisiens ont désigné leurs représentants

 

Repost 0
Published by Social Nec Mergitur - dans Actualité sociale
commenter cet article